RDC : Le parti "PNEC" réclame la suppression du RAM qui « affecte le social du peuple qui croupit déjà dans la misère »

7sur7

À travers un communiqué consulté ce mercredi 13 octobre 2021 par 7SUR7.CD, le Parti National pour la Nouvelle Énergie du Congo (PNEC) réclame la suppression du Registre des Appareils Mobiles (RAM) et le remboursement des fonds collectés auprès des Congolais.  

Pour cette formation politique, cette « rémunération des prestations de l'ARPTC » aggrave la pauvreté du peuple. 

« Le PNEC réitère sa position face au RAM qui aujourd'hui porte confusion quant au fait que ce soit une taxe ou un paiement pour un service non demandé. Cette imposition ne respecte pas la procédure légale et par conséquent, c'est une pratique contra legem et viole l'article 5 de l'ordonnance loi n°18/003 du 13 mars 2018. En outre, cela affecte le social du peuple qui déjà croupit dans la misère. Il doit tout simplement être annulé et l'argent des paisibles citoyens doit être restitué », peut-on lire dans ce document signé par Me Junior Yombo wa Yombo, secrétaire général du PNEC. 

S'exprimant sur la rentrée scolaire perturbée par la grève des enseignants des écoles publiques du réseau catholique, le PNEC condamne la désactivation de certains enseignants du listing de paie et demande au ministre de l'EPST de privilégier le dialogue avec le banc syndical. 

Dans le chapitre politique caractérisé par le blocage du processus de désignation des animateurs de la CENI, cette formation politique recommande « la recherche du consensus » entre les parties prenantes. 

« Cette nation étant peuplée de plus de 80 millions d'habitants, il y a suffisamment des ressources humaines pour mener à bien notre processus électoral. Ainsi, toutes les parties prenantes doivent prendre leurs responsabilités », préconise le PNEC.

Par ailleurs, cette formation politique exprime sa solidarité et sa compassion aux familles touchées par le naufrage sur le fleuve Congo dans la province de la Mongala. Elle demande au gouvernement de mettre en application stricte les règles en matière de sécurité fluviale d'autant plus qu'il s'agit d'un drame de trop. 

Il sied de noter que la plénière consacrée à la réplique du ministre des PT-NTIC, Augustin Kibassa Maliba, aux questions des députés nationaux sur le RAM, a eu lieu ce mercredi à l'Assemblée nationale.  

Ce membre de l'équipe Sama Lukonde a promis que le gouvernement mettra tout en œuvre pour rencontrer de manière positive les attentes du peuple congolais. 

Merveil Molo