RDC : Jacky Ndala et Barnabé Milinganyo bénéficient d'une grâce présidentielle (CALCC) 

7SUR7

Le président de la jeunesse du parti Ensemble pour la République, Jacky Ndala, et Barnabé Milinganyo, un cadre du Front Commun pour le Congo (FCC), sont comptés parmi les prisonniers ayant bénéficié de la grâce présidentielle accordée par le chef de l'État dans le cadre des fêtes de nouvel an.

C'est du moins ce que renseigne un communiqué de presse du Conseil de l’apostolat des laïcs catholiques du Congo (CALCC) signé par son président, Jean-Bosco Lalo Kpasha, en date du 13 janvier 2022. 

"Le CALCC a suivi avec attention la mise en application de la mesure de grâce présidentielle qui venait d'être accordée à quelques prisonniers politiques dont Jacky Ndala, du parti Ensemble pour la République, Barnabé Milinganyo et tant d'autres personnes", rapporte ce document.

Cette structure, à cet effet, rappelle au chef de l'État que d'autres prisonniers politiques croupissent dans des centres de détention à travers la RD Congo. D'où, son appel à son implication personnelle pour leur libération.

"Tout en remerciant le chef de l'État, son excellence monsieur Félix Tshisekedi Tshilombo, pour cet acte louable, le CALCC tient à lui rappeler qu'il y a d autres prisonniers d'opinions qui croupissent, jusqu'à ce jour, dans des maisons de détention, à travers le pays, pour leurs opinions ou leurs prises de position politique. C'est le cas de Luc Malembe, et Christophe Adubango, détenus depuis bientôt 2 mois à Bunia, ainsi que le chanteur engagé de Beni, dans le Nord-Kivu, Idengo Delcanto qui a été même condamné à 10 ans de servitude pénale à Goma", indique la même source. 

Et d'ajouter : "Le CALCC invite le président de la République à s'impliquer personnellement et plus rapidement possible pour que ces compatriotes retrouvent leur liberté en ce début d'année 2022, ce pour l'ouverture de l'espace politique du pays, facteur essentiel pour la paix sociale". 

Pour rappel, Jacky Ndala a été condamné à 22 mois de prison pour "désobéissance civile" par le Tribunal de grande instance de Kinshasa/Kinkole en 2021. Barnabé Milinganyo a, pour sa part, écopé d'une peine de 3 ans de servitude pénale pour offense au chef de l'État toujours l'année dernière.

Prince Mayiro