Ituri : Le bouclage des motos sans plaques d'immatriculation suspendu à Bunia après 2 jours de contestation

7SUR7

L'opération de bouclage des motos sans plaques d'immatriculation lancée le mardi 18 janvier 2022 en ville de  Bunia, chef-lieu de la province de l'Ituri, est suspendue.

L'annonce de la suspension de cette mesure a été faite à la presse par le maire policier de la ville de Bunia après instruction du gouverneur militaire de l'Ituri, dans la soirée du mercredi 19 janvier.

A en croire le commissaire supérieur principal John Cabuine, le bouclage est sursis parce que les détenteurs des motos se sont plaints de n'avoir pas de moyens financiers en ce moment. De ce fait, ils ont sollicité une mesure de dérogation pour leur permettre de continuer d'acheter librement lesdites plaques jusqu'au 15 février.

"Les conducteurs des motos sont allés voir le gouverneur militaire, ils lui ont dit qu'ils sont incapables d'acheter ces plaques maintenant. Voilà pourquoi, l'autorité provinciale a estimé que nous pouvons comprendre la situation que traversent ces conducteurs des motos dont certains sont des déplacés de guerre. Ainsi, sur instruction du gouverneur de province, nous avons suspendu le bouclage", a dit le maire de la ville de Bunia.

Ainsi, le commissaire supérieur principal John Cabuine appelle les taximen et d'autres détenteurs des motos à vaquer librement à leurs activités.

Il sied de noter que ces plaques se vendent à 35$ à la Direction Générale des Recettes de la Province de l'Ituri "DGPI".

Le mardi 18 et le mercredi 19 janvier, les activités économiques ont tourné au ralenti en ville de Bunia suite aux manifestations des taximen contre le bouclage des motos sans plaques d'immatriculation.

Des coups de feu ont été tirés par les agents de l'ordre à certains endroits de la ville pour disperser ces mouvements de contestation auxquels ont pris part, le mercredi dans la soirée, des déplacés des atrocités de Djugu hébergés dans un site à Bunia.

Séraphin Banangana depuis Bunia