Marche pro-Ngoy Mulunda : Le maire de Lubumbashi à la base des incidents (ACAJ)

7SUR7.CD

L'Association Congolaise pour l'Accès à la Justice (ACAJ) pointe du doigt le maire de la ville de Lubumbashi d'avoir été à la base des incidents survenus le mardi 18 janvier 2022 lors de la répression de la marche organisée par les militants du parti politique Alliance des Forces pour le Bien-être (AFBC) de Néné Nkulu.

Dans une enquête menée sur les incidents de la manifestation et dont une copie est parvenue à 7SUR7.CD ce mardi, cette organisation non gouvernementale indique que c'est le maire Robert Lubaba Buluma qui est "responsable de la confusion et non le gouvernement provincial du Haut-Katanga".

"L'ONG ACAJ ne ménage pas du tout le Maire de la ville de Lubumbashi qu'elle tient pour responsable de la confusion et des incidents survenus au cours de cette marche pour n'avoir pas pris des dispositions pour inviter les organisateurs aux fins de leur notifier la seconde lettre, expliquer, sous réserve du secret d'État, les raisons à la base de la décision d'annulation et in fine proposer de postposer la marche à une date à convenir, compte tenu des impératifs sécuritaires mouvants", lit-on dans la conclusion de cette enquête.

Concernant le bilan donné par les organisateurs de la marche, l'ACAJ précise que son investigation a abouti à 2 blessés et que la Police Nationale Congolaise a agi le jour de la marche par le jet des gaz lacrymogènes pour sécuriser le ministre provincial de l'intérieur et le maire de la ville qui étaient sur place.

"La police nationale congolaise a établi un bilan de deux blessés légers et indiqué par ailleurs avoir respecté toutes les règles d'engagement ayant débouché sur le largage du gaz lacrymogène en vue de protéger l'intégrité physique du ministre provincial de l'intérieur et la mairie de la ville dangereusement assiégée par les manifestants", ajoute l'ACAJ.

Dans la foulée, cette organisation de défense des droits de l'homme demande "une enquête plus exhaustive afin de déterminer les responsabilités de chacun et d'appliquer des sanctions conséquentes".

Rappelons que le ministre de l'intérieur, sécurité et affaires coutumières, Daniel Aselo a suspendu le lundi 24 janvier dernier, le maire Robert Lubaba Buluma de Lubumbashi pour avoir entretenu une "confusion" le jour de la marche organisée par l'AFBC pour la libération du pasteur Daniel Ngoy Mulunda arrêté depuis une année.

Patient Lukusa, à Lubumbashi