RDC : Le CNSA constate la résurgence de l'intolérance politique entraînant la fuite et la vie en clandestinité de certains leaders politiques et d'opinion

Droits tiers

Le Conseil National de Suivi de l'Accord et du Processus Électoral (CNSA), s'est réuni le mardi 24 mai 2022 en session ordinaire hebdomadaire sous la présidence de Joseph Olenghankoy Mukundji, son président.

A cet effet, plusieurs points ont été débattus, notamment la décrispation du climat socio-politique en cette période préélectorale, mais également en prévision de la célébration des festivités marquant le 62ème anniversaire de l'indépendance du pays.

Durant cette réunion, le CNSA a constaté qu'il s'observe de plus en plus, dans le chef des Congolais, un repli sur soi à travers la République par des initiatives à caractère ethnique, tribal, clanique ou provincial laissant transparaître un manque de confiance de la population vis-à-vis du pouvoir central. 

"Le cas du forum du Katanga et d'autres initiatives similaires en gestation dans d'autres provinces, au-delà de leurs objectifs directs, en sont une illustration", lit-on dans la communication finale qui a sanctionné cette réunion, signée par Joseph Olenghankoy.

En outre, le CNSA dit avoir constaté la résurgence de l'intolérance politique entraînant la fuite et la vie en clandestinité de certains leaders politiques et d'opinion.

Face à ce tableau décrit ci-haut, le CNSA recommande au Gouvernement de mettre en œuvre les politiques publiques appropriées qui permettent le rétablissement de la confiance dans les institutions de l’État et de poursuivre la libération des prisonniers déjà amnistiés et qui sont encore en détention.

"De prendre des mesures de clémence en faveur des prisonniers politiques et d'opinion (libération conditionnelle, grâce présidentielle et amnistie). D'exécuter l'engagement du Chef de l'Etat devant la Nation, de supprimer tous les lieux de détention illégaux", lit-on dans ladite communication. 

En outre, le CNSA recommande au Gouvernement de respecter les libertés d'expression et des manifestations publiques pacifiques et de relancer les travaux de la Commission ad hoc d'identification et d'indemnisation des victimes des événements des 19 et 20 septembre et 19 et 20 décembre 2016, conformément au chapitre V.7. de l'Accord politique, global et inclusif du 31 décembre 2016.

Jephté Kitsita