Lutte contre les discours de haine dans les médias : Les responsables des organes de régulation des pays de la CEEAC plaident pour une réglementation communautaire 

Droits tiers

Les présidents et représentants des instances de régulation de la communication et des médias en Afrique centrale plaident pour que les États membres de la Communauté économique des États d'Afrique centrale (CEEAC) adoptent une réglementation communautaire sur la prévention et la lutte contre les discours de haine dans la région. 

C'est l'une des recommandations issues du Forum régional pour le développement d'un projet de stratégie régionale et de plan d'action pour la prévention et la lutte contre les discours de haine dans les supports de communication écrite, audiovisuelle et numérique en Afrique. Ces travaux ont eu lieu à Kinshasa pendant 4 jours, soit du 21 au 24 juin 2022. 

"Préoccupés" par les difficultés liées à la régulation à l'ère d'internet et des réseaux sociaux, ils ont souligné la nécessité de renforcer le système de co-régulation des contenus des médias, y compris ceux des plateformes créées et animées par des journalistes.

Les responsables des organes de régulation des pays de la CEEAC ont réaffirmé leur engagement à organiser une rencontre de la plateforme des régulateurs de la communication et des médias de l'espace CEEAC et autres parties prenantes, pour la vulgarisation du projet de stratégie régionale et du plan d'action pour la prévention et la lutte contre les discours de haine dans la sous-région. 

Par ailleurs, ils ont sollicité le soutien des institutions nationales et des organisations régionales et internationales (CEEAC, OIF, ONUCA et toutes les autres entités onusiennes) pour l'établissement et le développement des partenariats solides avec les entreprises en charges des réseaux sociaux (Twitter, Facebook, YouTube, Tiktok, etc.). 

Les présidents et représentants des instances de régulation de la communication et des médias en Afrique centrale ont également lancé un appel pour un accompagnement en vue du lancement d'un Forum annuel des régulateurs sur les questions de paix et de sécurité en Afrique centrale afin de contribuer à la recherche des solutions durables aux défis de gouvernance qui interpellent les pays de la sous-région.

Dans son mot de clôture de ces assises, la ministre déléguée près le président de la République, Nana Manuanina, a remercié tous les participants pour leur dévouement et leur assiduité. 

"À cet égard, le chef de l'État, président en exercice de la CEEAC, demande à la commission de la CEEAC de s'impliquer davantage dans toutes les initiatives allant dans ce sens. Compte tenu de l'importance du projet de stratégie et du plan d'action qui vient d'être adopté, il est en effet crucial de mettre en mouvement les mécanismes devant permettre aux États membres de l'endosser et de l'intégrer comme outil communautaire de prévention et de lutte contre les discours de haine en Afrique centrale", a-t-elle déclaré au nom du chef de l'État congolais en rappelant l'engagement du gouvernement de la RDC à lutter contre l'impunité des actes d'incitation à la haine, la violence, l'hostilité et la discrimination. 

Représentant de la cheffe de la MONUSCO, Abdoul Aziz Thioye, a affirmé que cette stratégie régionale apporte une contribution qui permetra d'écrire une histoire, un narratif commun aux peuples riches de leurs diversités et tournés vers un destin commun. 

"Je me fais le porte-parole des organisateurs et des participants : Madame la représentante du président en exercice de la CEEAC, la suppression des barrières à la communication et aux télécommunications entre les États membres, ainsi que la facilitation de la libre circulation et des échanges dans la sous-région devraient être une priorité. Car la diversité culturelle, l'inclusion et le dialogue sont des remparts contre la propagation de la haine", a indiqué le directeur du Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l'Homme (BCNUDH) tout en réitérant la disponibilité des Nations Unies pour accompagner la mise en œuvre de cette importante initiative pour le vivre ensemble dans les pays de l'Afrique centrale. 

Ce Forum est une initiative du bureau des Nations Unies en Afrique centrale (UNOCA) et de la CEEAC, avec l'appui de différentes entités onusiennes de l'Afrique centrale. Ce sont les villes de Douala (Cameroun) et Bangui (République centrafricaine) qui avaient accueilli les deux précédents forums. 

Merveil Molo