RDC : Le Kasaï se mobilise pour l'appropriation du programme de développement des 145 territoires

Photo 7SUR7.CD

La province du Kasaï entame une mobilisation générale en vue de l'appropriation du programme gouvernemental de développement des 145 territoires de la République démocratique du Congo.

À l'occasion, le vice-gouverneur du Kasaï, Gaston Nkole Tshimuanga, a lancé le mardi 5 juillet 2022 à Tshikapa l'atelier de sensibilisation et d'appropriation du PDL-145 T au niveau local.

Le représentant du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) pour la région du Grand-Kasaï, Patrick d'Oliveira, a réitéré l'engagement du PNUD dans la mise en œuvre dudit programme dans la province du Kasaï et rappelé que le programme va contribuer au changement des conditions de vie des populations les plus vulnérables.

« Je voulais réitérer ici notre engagement à vos côtés pour les trois prochaines années dans la mise en œuvre de ce programme et nous sommes tous conscient qu'avec la première, la deuxième et la troisième phase de ce programme nous allons contribuer de façon significative et avec impact sur le changement des conditions de vies des populations les plus vulnérables. Et comme vous voyez c'est ne pas pour rien que l'on a commencé par territoires ruraux pour finir dans les cités urbaines », a-t-il déclaré.

Il sied de signaler que le programme de développement local (PDL) des 145 territoires, est un programme d'investissements publics multisectoriels orientés vers le monde rural initié par le chef de l'État Félix Antoine tshisekedi tshilombo. Il a pour vision de vaincre la pauvreté et les inégalités territoriales. Il ne se substitue pas aux programmes sectoriels existants à l'échelle nationale et provinciale, mais les complètes.

Les activités opérationnelles du PDL-145 T seront mises en route sous quatre composantes, notamment le développement des infrastructures et services socioéconomiques de base, la promotion des économies rurales dynamiques assises sur les chaînes de valeur agricole et les petites et moyennes entreprises et artisanat, le renforcement de la gouvernance locale et des capacités des acteurs nationaux et locaux et le développement d'un système d'information géoréferencé de suivi de progrès du programme.

La mise en œuvre de ces composantes favorisera le développement local endogène et la convergence rapide des revenus et des conditions de vie entre le milieu rural et urbain.

Fabien Ngueshe, à Tshikapa