Tshikapa/Hausse du prix de maïs : Un seau passe de 6 à 10 $

Photo : Droit tiers

La ville de Tshikapa, chef-lieu de la province du Kasaï connait, depuis quelques jours, une flambée de prix de denrées alimentaires, notamment les maïs. 

Un seau de maïs qui se vendait à 12.000 FC soit 6 dollars américains se négocie aujourd'hui à 20.000 FC soit 10 dollars américains.

Se confiant à 7SUR7.CD, certaines marchandes déplorent la multiplicité des taxes, qui selon elles, est la principale cause de la hausse de cette denrée qui constitue la base de l’alimentation pour la population locale.

« Le gouvernement provincial a multiplié des taxes, notamment celle qui concerne le passage des maïs de la ville de Tshikapa vers d'autres provinces. Les acheteurs de Kinshasa viennent acheter en grande quantité à Tshikapa avec des remorques, et les consommateurs locaux éprouvent beaucoup de difficultés. Si un seau se vend à 12.000 FC l'acheteur de Kinshasa vient acheter à 20.000 FC, c'est ça la cause de cette hausse de prix des maïs. En outre, nous qui achetons à l'intérieur de la ville nous dépensons beaucoup d'argent sur les péages, c'est ce qui fait que l'on augmente aussi le prix à Tshikapa », expliquent-elles à 7SUR7.CD.

Devant cette situation, le ministre provincial des Finances ayant l'économie dans ses attributions, Muller Milambu Muambi, a invité le lundi 1er Août 2022 dans son cabinet de travail, le chef de division provinciale de l'économie, question de lui faire un état des lieux des prix des produits de première nécessité sur le marché. Après cette audience, le ministre Milambu Muambi a diligenté une mission spéciale sur terrain pour s'enquérir de la réalité.

Devant la presse locale, le Chef de division Laurent Shitupa confirme la version des marchandes, celle de la multiplicité des taxes. 

« À notre descente sur terrain, tout le monde confirme que la la multiplicité des taxes est l'unique cause de cette hausse de prix des maïs sur le marché », rassure-t-il.

Le Ministre Müller Milambo qui a pris acte de la réalité trouvée sur terrain par ses services a promis de s'investir au conseil des ministres pour obtenir la solution par rapport à la multiplicité des taxes dans cette ville.

Fabien Ngueshe, à Tshikapa