Maniema : Des députés provinciaux dénoncent l’existence d’un réseau mafieux de dilapidation des fonds publics

Photo 7SUR7.CD

Des députés du Maniema accusent le gouverneur intérimaire Afani Idrissa Mangala d’avoir refusé toute initiative du contrôle de sa gestion après le « pillage systématique » des fonds alloués à la province.

Dans une déclaration politique rendue publique ce samedi 13 août dont une copie est parvenue à 7SUR7.CD, ces élus parlent d’un « réseau mafieux entretenu depuis l’avènement du régime intérimaire qui bénéficie des fonds du trésor public sous un œil impuissant de l’organe délibérant ».

« La province bénéficie des fonds alloués par le gouvernement central au profit de la population, mais malheureusement elle n’a pas son compte, car ceci se passe sous un regard impuissant des représentants du peuple que nous sommes. Il sied de rappeler que d’ici septembre 2022 une session budgétaire pointe à l’horizon, or l’Assemblée provinciale est empêchée de contrôler par le fait du refus en répétition du ministre de l’intérieur faisant fonction du gouverneur de province », peut-on lire dans la déclaration des élus provinciaux.

Contacté par la presse, l'incriminé parle plutôt d'un acharnement des élus à son égard.

En effet, la pomme de discorde entre les 2 institutions politiques en province c’est la somme de plus d’1 milliard de francs congolais que le gouverneur intérimaire avait reçue du gouvernement central comme fonds d’investissement.

Pour rappel, au cours de la plénière du samedi 04 décembre 2021 à l’Assemblée provinciale du Maniema, le député Djanga Dimandja Félix avait introduit une motion incidentille pour chercher à connaître ce qu’avait fait les 101.000 $ décaissés par le gouvernement provincial pour la réhabilitation de la voirie communale de Kasongo.

Séance tenante, une commission spéciale et temporaire fut créée afin de contrôler la gestion de ce fonds qui aurait servi à la réhabilitation de quelques infrastructures dont le siège de la Cour d’Appel du Maniema, pour une somme de plus 100.000 $, le pont Kisakwa, situé dans le territoire de Kasongo, pour un montant de plus 15.000 dollars.

Devant cette situation, le gouverneur ad intérim a refusé d’être contrôlé et a saisi la Cour Constitutionnelle pour l’inconstitutionnalité la démarche de l’assemblée provinciale dont le règlement intérieur était modifié sans en avoir un arrêt de conformité. Plus tard, la Haute Cour avait donné raison à l’Assemblée provinciale.

Morisho Tambwe, à Kindu