Lubumbashi : La Police lance la traque des vendeurs de chanvre et boissons alcoolisées dans les parkings des véhicules

Photo 7SUR7.CD

La Police Nationale Congolaise, commissariat provincial Haut-Katanga, annonce avoir lancé la traque de tous les vendeurs de chanvre et boissons alcoolisées dans tous les parkings et arrêts de bus de transport en commun sur toute l'étendue de la ville de Lubumbashi.

Dans un communiqué rendu public le mardi 22 novembre 2022 et parvenu à 7SUR7.CD ce mercredi, le commissaire provincial intérimaire de la Police indique que l'objectif est de lutter contre les tracasseries et le banditisme urbain décriés par les habitants.

Le colonel Norbert Ilunga précise que tous les agents des associations des chauffeurs du Haut-Katanga sont appelés à porter de gilets pour leur identification.

« Le commmissaire provincial de la PNC du Haut-Katanga a insisté par la suite sur l’application stricte de toutes ces instructions. Il a annoncé dans la foulée la traque des semeurs de troubles, vendeurs de chanvre à fumer et boissons alcoolisées prohibées dans les parkings et arrêts de bus », a déclaré le major Charles Bin Lwamba, porte-parole de la Police dans un compte rendu de la réunion tenue avec les représentants des conducteurs.

Par ailleurs, le numéro un de la Police dans le Haut-Katanga a souligné interdire l'usage des effigies des partis politiques et clubs de football dans les véhicules de transport en commun. Le colonel Norbert Ilunga souhaite que les receveurs puissent aussi s'habiller de manière digne à bord de leurs engins.

Depuis plusieurs semaines, des jeunes des partis politiques étaient accusés de tracasser les passagers des véhicules avec leurs effigies. Certains ont même commencé à récolter la taxe dans des parkings parce qu'appartenant à une formation politique "influente" en province. Une situation décriée par différentes couches de la population.

Le lundi 21 novembre dernier, la Police a mis en garde tous les jeunes des partis politiques dont l'UNAFEC qui s'habillent en tenue identique à celle de l'armée ou de la police. Des instructions ont été données aux responsables des commissariats de la Police, ville de Lubumbashi, d'arrêter tous ces « semeurs des troubles ».

Patient Lukusa, à Lubumbashi