Rencontre avec la Jeunesse  : Un jeune prend la parole devant Felix Tshisekedi pour qualifier les ministres du gouvernement Sama de corrompus

Droits tiers

La jeunesse congolaise a profité de la rencontre d'échanges avec le chef de l'Etat, Félix-Antoine Tshisekedi, ce mercredi 30 novembre 2022, pour dénoncer tous les maux qui rongent la société congolaise. 

S'adressant au président de la République, en le fixant droit dans les yeux, un jeune évoluant dans la sous-traitance dans le secteur minier a qualifié expressis verbis les ministre du gouvernement Sama Lukonde de corrompus.

Cette dénonciation a été suivie des applaudissements frénétiques de l'assistance. Ce jeune opérateur du secteur minier dit ne pas comprendre comment on peut nommer à la tête de l'Autorité de Régulation de la Sous-Traitance dans le secteur Privé, ( ARSP ), une personne qui n'évolue pas dans le secteur. 

Il a plaidé auprès du chef de l'État, déterminé à créer des millionnaires congolais, pour que le secteur de la sous-traitance en RDC soit épuré des pratiques anti-developpementalistes qui les caractérisent actuellement.

"Vous nous avez promis il y a bientôt y 4 ans de créer une classe des millionnaires. Mais comment cela sera possible aussi longtemps que vos ministres sont corrompus. On arrive pas à avancer, à réussir à cause de vos directeurs.
Vous nous avez promis de créer une classe des millionnaires congolais. Cela n'est possible qu'au travers la promotion de l'entrepreneuriat
", a-t-il déclaré.

Et à ce jeune congolais d'ajouter :  "La sous-traitance aujourd'hui au Congo, est une affaire de 7 milliards USD l'an. La sous-traitance congolaise fabrique chaque jour un million sud africain, un millionnaire chinois, un millionnaire australien, un millionnaire français... Pourquoi ? Parce que les sociétés minières ne respectent pas la loi. Ils viennent dans notre pays et prennent le beurre et l'argent du beurre alors que la jeunesse congolaise n'a absolument rien. Il est d'une etrangeté rocambolesque que vous nommiez une personne qui n'a rien à voir avec la sous-traitance, qui n'a jamais été entrepreneur, à la tête de l'autorité de la régularisation de la sous-traitance au Congo . Là vous venez de nous amener un stagiaire à la tête de l'ARSP".

Avant de clore son propos, ce jeune Congolais a demandé au président de la République Félix-Antoine Tshisekedi de prendre des sanctions sévères contre les dépositaires du pouvoir public qui ne respectent pas ses décisions et résolutions prises lors des réunions du conseil des ministres.

"Comment est-ce possible,en votre qualité de président de la RDC, que vous preniez une décision, une résolution et que vos ministres sectoriels, vos directeurs ne respectent pas cela. Je parle de la réunion du conseil des ministres du 5 juin dernier, vous avez pris une décision, au besoin de fermer les entreprises réfracteurs, mais vos directeurs et votre ministre Eustache n'ont pas respecté cela. Personnellement,  en ce qui me concerne, je peux me bomber le torse et vous dire que je suis capable de vous fabriquer un millionnaire chaque semaine. Je connais les rouages. Je connais ce qui se passe dans l'ARPS", a-t-il soutenu.

Plusieurs autres requêtes ont été adressées au chef de l’état durant cette rencontre d'échange. Des jeunes ont plaidé, entre autres, pour la création des écoles de formation professionnelle et pour l'amélioration du social des congolais de manière générale.

Les étudiants, eux, se sont plaints qu'aucun d'entre eux ne soit nommé dans l'équipe dirigeante de TransAcademia. Ils ont en gros demandé à ce que leurs conditions de vie et d'études soient aussi améliorées.

Abordant la problématique de l'agression Rwandaise, les jeunes ont, en général, affirmé leur détermination à répondre massivement à l'appel à la mobilisation générale lancé par le président de la République.

Le président Félix-Antoine Tshisekedi s'est prêté au jeu de questions-réponses au cours de cette cérémonie. Il a sollicité des preuves des allégations faites sur la corruption des ministres du gouvernement Sama Lukonde et d'autres autorités. Ils a mis en garde contre la propension à porter les accusations contre les individus sans en disposer des preuves suffisantes.

Orly Darel