Gouvernorat Sankuru : la Dynamique des ressortissants du Sankuru saisit Tshisekedi pour solliciter le retrait de la candidature de Mende

Publié mer 06/03/2019 - 10:22
A travers un mémorandum adressé au président de la République mardi 05 mars 2019, la Dynamique des Ressortissants du Sankuru à Kinshasa, interpelle Félix Tshisekedi sur la situation qui prévaut au Sankuru depuis le dépôt des candidatures de Lambert Mende et de Stéphane Mukumadi pour le gouvernorat de la province. Ces derniers réclament le retrait de la candidature de Lambert Mende arguant que "sa gestion sera pire que celle de Berthold Ulungu Lokata son poulain qui, en pure étiquette ne faisait qu’obtenir des injonctions de lui le mentor". "C’est en sa qualité de garant de la Nation et du bon fonctionnement des institutions de la République que les signataires du mémo ont saisi le chef de l'État pour solliciter son implication personnellement en vue d’éviter que le pire n’arrive dans la province de Patrice Emery Lumumba avec ramifications dans d’autres provinces", ont-ils déclaré. Ainsi, décrivant la situation depuis les troubles du 12 février dernier, lesquels ont provoqué mort d’homme et des dégâts matériels importants, la Dynamique "dénonce la caporalisation de la Cour d’appel du Sankuru qui s’est déplacée de Lusambo vers Lodja, fief de Lambert Mende, dans le seul but, de rendre sans heurts ni accrocs son arrêt débarquant l’unique challenger de celui-ci, Stéphane Mukumadi". Tout en demandant le rétablissement de la candidature de Joseph Stéphane Mukumadi, la Dynamique estime que la candidature unique de Lambert Mende qu’elle surnomme « Tata Nzambe » "aura comme conséquence de prendre la province en otage enfin de la transformer en son bouclier privé à utiliser pour ses revendications personnelles en vue de son positionnement égoïste sur l’échiquier national". "Malgré le passage à Lusambo de la mission dépêchée par le président Félix Tshisekedi et conduite par le VPM de l’Intérieur Henri Mova pour s’enquérir de la situation après les troubles du 12 février), au lieu de tarir, les manifestations se sont multipliées et intensifiées », renseigne la Dynamique. JKM