RDC : La situation économique demeure stable mais les efforts doivent être fournis dans la mobilisation des recettes (Comité de conjoncture économique)

Publié mar 14/01/2020 - 15:36
7sur7

La situation économique de la République Démocratique du Congo, qui a atteint en fin d'année 2019 les performances suggérées par le Fonds Monétaire International (FMI), demeure stable. 

C'est ce qui ressort de la réunion du comité de conjoncture économique de ce mardi 14 janvier 2020 élargie aux ministres des transports et du portefeuille.

"On a noté que la situation économique ou le cadre macroéconomique demeure stable. Nous avons terminé l'année, je dirai en beauté parce que nous avons réuni les performances qui nous avaient été suggérées par le Fonds Monétaire International (FMI). De ce côté là, le gouvernement est à l'aise", a dit Jean-Baudouin Mayo, ministre du budget, qui a fait le compte rendu de ces échanges.

Cependant, le comité de conjoncture économique reconnaît une faible mobilisation des recettes en ce début d'année 2020. D'où, le premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, invite les membres de son gouvernement à organiser des réunions avec les régies financières afin de les motiver. 

"...Mais beaucoup d'efforts doivent être fournis dans le cadre de l'exécution du budget 2020 parce que les 12 premiers ont montré quand-même une certaine faiblesse dans la mobilisation des recettes. Voilà pourquoi, le premier ministre a invité les membres du gouvernement, chacun dans son secteur, de tenir des réunions pour mobiliser davantage les recettes. Et les mêmes réunions seront tenues avec les régies financières pour les motiver à faire mieux", a indiqué  le VPM du budget. 

Quant au secteur minier dans lequel il y a des perspectives en terme de mobilisation des recettes, le chef du gouvernement a appelé les ministres de tutelle à assainir le cadastre minier. 

"Voir les titres qui ont été émis ou attribués à des personnes ou des sociétés qui n'exploitent pas, de les récupérer, en ce qui concerne les privés, et éventuellement les réattribuer à ceux qui ont des moyens et qui veulent produire dans ce pays", a conclu J-B Mayo.

Prince Mayiro