RDC: le parlement doit d’abord ratifier l'accord de financement de 1,5 milliard $ avant la prochaine vague des projets, ( C. Carret, banque mondiale)

Publié lun 29/06/2020 - 18:46
7sur7

Depuis 2 ans, la Banque mondiale (BM) à travers son conseil d'administration a mobilisé l'enveloppe de 2,6 milliards $ en faveur de la RDC pour appuyer de nouveaux projets notamment dans les secteurs de l'éducation, la santé et la protection sociale. 

C'est-ce qu'a fait savoir ce lundi 29 juin 2020, le directeur des opérations de la Banque Mondiale, Christophe Carret, au sortir d'une réunion d'évaluation du partenariat entre son institution et la RDC au bout d'un cycle de 3 ans, avec le premier ministre. 

Il espère la ratification par le parlement de l'accord de financement d'1,5 milliard $ pour soutenir la gratuité de l'enseignement de base. 

"En moins de 2 ans, la Banque Mondiale à travers son conseil d'administration avait réussi à engager 2,6 milliards $ de nouveaux projets pour l'essentiel concentré sur le développement humain donc l'éducation, la santé et la protection sociale qui permet de venir en appui aux plus vulnérables. Et donc, j'ai fait remarqué que sur les 2,6 milliards $, 1,5 milliards $ attendaient, on espère que ça pourra se faire rapidement une ratification par le parlement, c'est notamment le grand projet pour appuyer la politique de gratuité dans le secteur de l'éducation primaire.", a déclaré C. Carret.

S'agissant des perspectives, le directeur des opérations de la BM a annoncé que 2 principaux projets pourraient être financés notamment un possible appui budgétaire pour aider le pays à atténuer les effets économiques de la pandémie à coronavirus. 
 
"Les perspectives sont dans un premier temps suspendues à l'approbation du milliard et demi des projets qui sont en attente de ratification par le parlement. Une fois que ces projets sont ratifiés, on pourra discuter de la prochaine vague des projets et ça concerne en particulier deux choses. D'une part, un possible appui budgétaire en contrepartie des réformes en matière de gouvernance notamment de gestion des finances publiques pour aider le pays à atténuer les effets économiques de la pandémie à coronavirus et d'autre, ça serait un retour sur le financement des infrastructures notamment des segments routiers qui pourraient être bitumés. L'un dans le Nord-Kivu et l'autre dans le grand Kasaï.", a-t-il souligné. 

Un autre projet très important serait le retour de la Banque Mondiale pour un financement très conséquent pour la ville de Kinshasa qui permettra notamment d'assainir, d'électrifier, de relier à l'eau les quartiers les plus pauvres de la ville, a affirmé C. Carret. 

Merveil Molo