Corruption en RDC : "Le premier ennemi du Congo n’est autre que le Congolais lui-même", (Félix Tshisekedi)

Photo droits tiers

Avant de boucler son séjour de travail en Belgique, le président de la République Démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, s'est entretenu avec quelques journalistes Congolais de la diaspora le jeudi 1er octobre 2020 à Bruxelles.

Plusieurs sujets ont été abordés au cours de ce face à face avec la presse, notamment la  situation socio-économique du Congo-Kinshasa. Et à ce sujet, Félix Tshisekedi n'est pas allé par le dos de la cuillère. Il a pointé du doigt le Congolais qui, d'après ses dires, est le premier ennemi de son pays.

Le chef de l'État a, par là, fait allusion à la corruption qui a élu domicile en RDC depuis de longues années, fragilisant ainsi l'économie du pays. Un combat qu'il reconnaît ne pas être en mesure de finir durant son règne.

« Le premier ennemi du Congo n’est autre que le Congolais lui-même. Ce sont les Congolais qui détruisent leur pays », a déclaré le 5ème président de l'histoire de RDC.

S'agissant des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), le président Tshisekedi a réaffirmé son engagement à améliorer leurs conditions de vie.

« Je ne ménagerai aucun effort pour améliorer la situation des membres de nos forces armées (...) Le Congo a été détruit dans ses fondements. C’est pourquoi le pays n’attire plus que des prédateurs en lieu et place des Congolais eux-mêmes », conclut-il.

Pour faire face à la corruption, le président Tshisekedi a créé l'Agence de Prévention et de Lutte contre la Corruption (APLC). Elle a pour mission de prévenir et de lutter contre la corruption qui gangrène la République Démocratique du Congo.

Jephté Kitsita