FEC : Yuma va-t-il zapper  la décision du Conseil d'Etat ? (Tribune de Robert Nzinga) 

7SUR7

Le président contesté de la FEC, Albert Yuma Mulimbi convoque une réunion du Conseil d'Administration ce lundi 30 novembre à 15 heures au siège du patronat.  

Sont conviés à cette réunion, tous les membres du Conseil d'Administration. Le seul point inscrit à l'ordre du jour reste l'examen de la décision du Conseil d'Etat du 27 novembre dernier. Quelques médias y sont aussi invités.

Une source proche du dossier indique que Yuma pourra rejeter l'ordonnance du Conseil d'Etat ayant annulé sa réélection lors de l"Assemblée Générale Ordinaire et Elective-exercice 2019, tenue la semaine passée à Kinshasa. Dans ce cas, il ira en guerre contre la justice, alors  que nul n'est au-dessus de la justice, dit-on. Une "rébellion" face à la justice. Du jamais vu.

Si Albert Yuma s'entête, le ministère de la Justice peut retirer la personnalité  juridique à la FEC. Une option très  risquée car personne ne souhaite la dissolution ou l'éclatement du patronat. Il faut donc avancer mais dans la bonne direction.

Les avocats qui ont défendu devant le Conseil d'Etat, la légalité de l'Assemblée Générale ayant reconduit Yuma à la tête du Comité directeur de la FEC, devront bien guider leur client.

Un observateur averti prévoit  deux scénarios : le retrait pur et simple de la candidature de Yuma (lui étant le problème central) pour preserver la paix, l'unité et la cohésion et l'organisation d'une nouvelle Assemblée Générale élective ouverte à  tous les candidats avec des bulletins secrets. C'est  la voie de la raison pour sauver le patronat de l'égocentrisme. 

Robert Nzinga Nzita