Répression de la marche de LAMUKA : "La constitution nous donne le droit de dire non aux abus du pouvoir de Tshisekedi", (A. Ndombasi)

7sur7

Ados Ndombasi, député national de l'Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECiDé), a, dans une interview accordée à 7SUR7.CD le mercredi 15 septembre 2021, condamné la violence et les bavures policières constatées lors de la manifestation de la coalition LAMUKA dans la ville de Kinshasa.

À l'en croire, la constitution dans son article 26 donne le pouvoir à tout citoyen de manifester contre les "abus du pouvoir" de Félix Tshisekedi.

« Je suis triste sur toutes les violences que sont en train de subir les Congolaises et les  Congolaises qui ont décidé de marcher pour dire non à la CENI politisée, qui veut nous être imposée par Monsieur Tshilombo, pour dire non au glissement, non à la fraude électorale. Il y a eu une violence (...) qui est utilisée par les hommes du général Kasongo. Mais nous continuons à nous battre parce que la constitution dans son article 26 nous donne ce droit de manifester et de dire non bien-sûr à tous les abus du pouvoir de Monsieur Félix Tshilombo », a déclaré Ados Ndombasi.

Pour rappel, la marche de la coalition LAMUKA à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, n'a pas vécu. Pour cause, elle a été étouffée par les éléments de la Police Nationale Congolaise. 

Ces derniers ont agi suite à l'instruction du gouverneur de la ville Gentiny Ngobila Mbaka qui avait interdit cette manifestation. Cependant, deux journalistes ont été agressés par les forces de l'ordre. 

Roberto Tshahe