Kinshasa : La Fondation Vodacom Congo annonce l'installation d'une classe numérique pour contribuer à l'éducation des "enfants de la rue"

Droits tiers

La Fondation Vodacom Congo a visité le centre OSEPER (Oeuvre de Suivi, d'Education et de Protection des Enfants de la Rue) dans la commune de Lemba à Kinshasa le vendredi 29 juillet 2022. Ce, dans le but de contribuer à l'éducation pour tous au travers de la technologie, l'un des piliers stratégiques de ladite Fondation.

Il était question pour cette association sans but lucratif, d'encourager ces enfants qui clôturaient  leur année scolaire au sein de cet établissement, d'annoncer l'installation d'une classe numérique sur le site, de passer des moments de réjouissance avec eux et de leur apporter quelques dons.

"Pour son développement, la RDC a besoin de compter sur chacun de ses ressortissants. D'où, l'importance d'assurer une formation de qualité à ces enfants. C'est ce qui justifie notre appui au centre OSEPER et l'installation de la classe numérique qui les ouvre au monde numérique", a affirmé la responsabilité a.i de la Fondation Vodacom, Roliane Yulu.

Cette activité a également connu la participation du directeur Afrique en charge des Relations externes au sein du Groupe Vodacom, des membres actifs de cette Fondation, mais aussi des employés de Vodacom qui étaient émus de voir ces ex-enfants de la rue finir des formations pour leur réinsertion sociale.

Droits tiers

Les enfants du centre OSEPER contents de ce geste de la Fondation Vodacom Congo, ont procédé à la démonstration des connaissances acquises au cours de l'année scolaire, notamment des scénettes qui retracent leur histoire, danses, chants, activités physiques et autres.
Et ce, sous les applaudissements et encouragements de leurs invités.

Mamadou Kolade, directeur Afrique en charge des relations externes au sein du Groupe Vodacom, a laissé entendre que l'éducation est l'un des outils pour assurer la réinsertion sociale de ces enfants afin de leur offrir un avenir radieux grâce au pouvoir de la technologie.

Christel Insiwe