Nord-Kivu : Les déclarants en douane donnent 20 jours au gouvernement pour la réhabilitation de la route qui mène vers le poste frontalier d'Ishasha

Photo 7SUR7.CD

Les déclarants en douane, réunis au sein de l'Association Congolaise des Commissionnaires Agréés en Douane (ACCAD), donnent un ultimatum de 20 jours au gouvernement congolais pour réhabiliter la route qui mène vers Ishasha, le deuxième poste frontalier entre la RDC et l'Ouganda en territoire de Rutshuru au Nord-Kivu.

Ils l'ont fait savoir dans une déclaration faite à l'issue d'une Assemblée Générale extraordinaire tenue le mercredi 29 septembre dans la ville de Goma.

Suite à l'occupation de Bunagana par les rebelles du M23, Ishasha est désormais, avec Kasindi à Beni, les deux importants points d'import-export entre les deux pays, et les commissionnaires en douanes, veulent voir la route Ishasha être réhabilitée car le trafic y a été doublé, voire triplé, suite à la rébellion de Bunagana.

« La route d'Ishasha recevait, deux véhicules par jour, aujourd'hui elle reçoit plus de 20 véhicules par jour, alors qu'elle est en détérioration terrible. Maintenant nous disons ceci, si cette route là n'est pas arrangée dans 20 jours, nous allons arrêter le travail pour que l'État puisse l'arranger. Nos clients ne peuvent pas, non seulement passer dans des routes en insécurité, mais aussi faire des accidents. Cela doit cesser car nous payons toutes les taxes, c'est beaucoup d'argent que les opérateurs économiques libèrent », a déclaré Delliance Matata, président provincial de l'ACCAD au micro de 7SUR7.CD.

Dans le même temps, ce sont des millions de dollars qui sont perdus depuis une centaine de jours suite à la présence du M23 à Bunagana, un important centre commercial vital pour Goma et toute la province.

Il y a quelques mois, les commissionnaires en douane avaient suspendu leurs activités sur Kasindi, suite aux récurrentes attaques ADF qui étaient signalées dans la région. Des camions remplis des marchandises étaient pris pour cible et incendiés, mais aujourd'hui, les autorités ont instauré un convoi militaire pour accompagner les cargaisons, ce qui a contribué à la baisse du taux de criminalité sur ce tronçon routier.

Glody Murhabazi, à Goma