Nord-Kivu : un député de l'opposition porte plainte contre la police de Beni pour répression des manifestations

Publié mer 12/06/2019 - 18:02
Jo

Le député provincial Jean Paul Paluku Ngahangondi, de la plateforme de l'opposition Ensemble pour le Changement/Lamuka, vient de porter plainte contre le maire adjoint de Beni et la police locale, devant la Cour d'appel du Nord-Kivu et devant le Tribunal de grande instance, pour répression violente de la dernière manifestation des mouvements citoyens et habitants dans cette ville.

La manifestation avait pour objectif de dénoncer les cas de tueries à répétitions perpétrées dans cette ville depuis de nombreuses années par des bandes de rebelles.

Lors de cette répression, au moins trois combattants de la Lucha avaient été blessés, un d'entre eux reçoit toujours des soins à l'hôpital général de Beni.

Selon Jean Paul Ngahangondi, élu de Beni, la police est devenue un bourreau des manifestants en RDC alors qu'elle est censée les protéger.

"Cette manifestation était prévue, et après la lecture du mémo à la mairie, on a assisté à des actes de barbarie de la part de la police. La police s'est permis de torturer certains militants de la Lucha et ils ont été blessés, un d'entre eux poursuit toujours des soins. Mais l'auteur de tout cela ne se manifeste même pas pour le prendre en charge.", s'est-il indigné.

Il estime que le responsable de cette police doit répondre de ses actes, et cela dans le cadre de la lutte contre l'impunité.

"Cette police qui a violé la constitution, cette police qui s'est comportée d'une manière incivique, ne mérite autre chose que d'être amenée à la barre. Et les bourreaux doivent être poursuivis. Donc, ma démarche rentre dans le cadre de la lutte contre l'impunité.'', a déclaré sur un ton de colère le député Ngahangondi.

Il appelle aussi toutes les victimes des répressions des manifestations, de saisir la justice.

Pour rappel, la dernière manifestation violemment réprimée à Beni était celle du 08 juin dernier, un jour après une nouvelle attaque des présumés ADF qui avait couté la vie à plus de 15 personnes, selon le bilan de la société civile locale.

Glody Murhabazi depuis Goma