Nord-Kivu : les médecins élagués et dégradés de la prime de risque professionnelle, manifestent pour réclamer la réintégration et 8 mois d’arriérés de prime

Publié lun 17/06/2019 - 14:29
greve medecin goma

Les médecins de plusieurs territoires et villes du Nord-Kivu, élagués et dégradés de la prime de risque professionnelle, ont fait le déplacement pour Goma, afin de manifester ce lundi 17 juin, devant le bureau de la division provinciale de la santé (DPS).

greve medecin goma

Ils disent avoir été élagués et considérés comme des fictifs depuis le mois de novembre 2018 après le passage au Nord-Kivu d’une délégation de l’inspection générale de la santé pour le contrôle avec le chef de la division provinciale de la santé et le ministère provincial. Et cela, "en violation des procédures sans contrôle physique". Un contrôle qui est intervenu après leur dégradation.

Selon eux, les médecins militaires ont été vite réintégrés dans le système au mois de décembre dernier  « après avoir menacé avec les armes, sans écrire un quelconque recours».

greve medecin goma

« Nous médecins civils avions fait les recours au mois de décembre 2018 mais l’analyse a seulement eu lieu en février 2019, et certains de ces recours ont été jugés recevables et d’autres injustement irrecevables » se plaignent-ils dans leur mémorandum.

Ils dénoncent la discrimination, la négligence affichée par la DPS dans le suivi de ce dossier, les conditions dans lesquelles ils travaillent avec l’insécurité, les épidémies d’Ebola et de Choléra, leur dégradation ainsi que l’indifférence des autorités provinciales pour les remettre dans leurs droits.

 

Ces médecins se disent également surpris d’être appelés « Fictifs » alors qu’ils touchent leurs salaires par leurs numéros matricules.

Ils revendiquent ce qui suit :

1. La remise sans condition sur le listing de paie de la prime de risque dès ce mois de juin 2019, ainsi que le paiement des arriérés depuis novembre;

2. La remise en grade de tous les médecins dégradés;

3. Le réexamen de leurs recours qui ont été jugés non fondés.

Au cas où leurs revendications ne trouveraient pas gain de cause, ils menacent de faire recours à la justice pour les départager des autorités sanitaires qui les ont dégradés, ainsi que de procéder à une grève généralisée sur l’ensemble de la province.
Notons que parmi ces médecins, certains sont venus de Mangina, Erengeti, Oicha (Beni), Butembo ainsi que Walikale et d’autres prestent dans la ville de Goma.

Glody Murhabazi depuis Goma.