RDC : Willy Mishiki donne 72h à un juge de la Cour Constitutionnelle "qui l'a contacté pour corruption" de s'excuser publiquement et menace de dévoiler les preuves 

Publié jeu 11/07/2019 - 16:03
7sur7

Willy Mishiki demande à un juge de la Cour constitutionnelle qui l'a contacté pour corruption de présenter des excuses publiques au peuple congolais et de démissionner.

Il l'a déclaré au cours d'un point de presse organisé ce jeudi 11 juillet par son parti politique Union Nationale des Nationalistes (UNANA), à l'occasion de la célébration de la journée mondiale de la population. 

Willy Mishiki affirme accorder  72 heures à ce juge de la Haute cour, à compter de ce jeudi 11 juillet à midi. 

Dépassé ce délai, il promet de publier les preuves audios et écrits des échanges qu'il a eus avec ce juge de la Cour Constitutionnelle. 

"J'etais au maquis et je suis revenu. Les preuves que je détiens sont graves et de nature à mettre à nue toutes les magouilles qui ont entouré le travail abbatu par la Cour constitutionnelle. Ce sont des pièces qui risquent d'eclabousser cette Cour qui fait la honte de la justice congolaise", a soutenu Willy Mishiki d'un ton ferme.

Cet ancien Vice-ministre de l'Energie et ressources hydrauliques rapporte que ce juge l'avait invité la nuit dans son cabinet privé. Il lui a signifié qu'il le contactait au nom de tous les juges de la Cour constitutionnelle. 

Ce qui, explique ce candidat deputé national lesé, démontre combien l'ensemble des juges de la Cour constitutionnelle sont impliqués et directement touchés par ces éléments de preuve. 

Il a, à la même occasion, plaidé pour la réforme de la procédure de désignation des membres de la Cour Constitutionnelle. Ce qui, a-t-il indiqué, éviterait au pays, la politisation de la justice congolaise.

Mishiki a par ailleurs profité de ce speech pour remercier la population congolaise de manière générale et celle de Walikale, en particulier, pour l'avoir massivement voté.

Orly-Darel Ngiambukulu