Goma/Rentrée scolaire : Les effectifs ont doublé dans certaines écoles publiques suite à la gratuité

Publié lun 02/09/2019 - 17:08
7SUR7.CD

Comme dans plusieurs villes de la RDC, la rentrée scolaire a été effective dans les écoles de la ville de Goma, en province du Nord-Kivu, ce lundi 02 septembre 2019. C'est ce qu'a dit à 7SUR7.CD le ministre provincial de l'éducation, Jean De Dieu Giza Kasereka, après avoir effectué la ronde de certaines écoles maternelles, primaires et secondaires de Goma et du territoire de Nyiragongo.

Celui-ci a dit avoir constaté une augmentation "significative" des effectifs dans les établissements publics et conventionnés suite à l'annonce par le chef de l'État de la gratuité de l'enseignement de base.

"Nous avons fait la ronde avec les cadres de l'EPSP sur ordre du gouverneur de la province Carly Kasivita, lui qui veut savoir l'effectivité de la rentrée scolaire dans sa province. Les impressions sont bonnes. Nous remercions les parents d'avoir envoyé les enfants à l'école. Et dans certaines écoles nous nous sommes rendus compte que les effectifs sont passés du simple, au double", a déclaré le ministre Jean De Dieu Giza.

Certains chefs d'établissements rencontrés par 7SUR7.CD ont félicité la décision du président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo sur la gratuité de l'enseignement de base qui "permettra aux écoliers d'étudier en toute quiétude".

Ils ont cependant fustigé le manque d'infrastructures, car les salles sont insuffisantes pour accueillir le plus d'écoliers que possible.

"Le problème que nous avons, ce qu'on n'a pas de salles où mettre les élèves. Une salle avec une capacité d'accueil de seulement 60 écoliers mais on se retrouve avec 80, alors on ne sait vraiment pas quoi faire!", s'est exclamé Kisirani Bendera, directeur des études à l'école primaire Heri.

Par contre, cette rentrée scolaire 2019-2020 n'a pas été le retour rêvé pour certaines institutions privées. N'étant pas concernées par la gratuité, certaines d'entre elles ont connu une baisse des effectifs par rapport à l'année dernière.

"Ça nous déséquilibre un peu. J'ai été avec les syndicalistes, ils ont émis le vœux de voir un assouplissement dans les écoles privées, puisque si on gardait un taux élevé des frais tous les parents iront aux écoles publiques et nous serons perdants", a dit Alexis, responsable de l'École Communautaire du Lac "ECL".

Glody Murhabazi depuis Goma