RDC : Les réflexions de Raphaël Ngoy sur la Gecamines ne visent qu'à confier les rênes de l'exploitation du sous-sol congolais aux étrangers (Conseil d'administration)

Publié sam 09/11/2019 - 17:12
7sur7

Le conseil d'administration de la Gecamines a, à travers une correspondance adressée au premier ministre Sylvestre Ilunga, démontré chiffres à l'appui combien les réflexions de Raphaël Ngoy Mushila publiées récemment ne visent qu'à confier la gestion minière du sous sol congolais entre les mains des investisseurs étrangers.

Pour le Conseil d'administration de ce géant minier congolais, le pamphlet  de cet auteur ne constitue qu'un écran de fumée de nature pseudo-technique destiné à justifier le démantèlement définitif de la Gecamines comme opérateur minier.

Commandée par des investisseurs étrangers, rapporte le document,  cette réflexion consacre  la remise en cause  de la révision du code minier intervenue en 2018.

"Nous regrettons particulièrement que des adversaires du redressement du Congo choisissent ce moment pour propager de telles informations de nature à induire en erreur les responsables publics et la population", indique la correspondance.

"Nous sommes farouchement opposés à cette hérésie et pensons que l’accréditer serait une erreur historique grave et impardonnable qui priverait pour des dizaines d'années au minimum, la RDC du peu de contrôle réel qui lui reste encore sur son patrimoine minier. Le peuple et le Parlement congolais ne nous le pardonneraient pas", ajoute-t-il.

Au nombre des fruits produits par  la stratégie de gestion mise en place par l'actuel  Conseil d’administration de la Gecamines, le document cite, à titre indicatif :  

1. La reconstitution d'un patrimoine minier à la hauteur des ambitions de la RDC ;

2. La transformation organisationnelle de la Société dont les règles de gestion datant de l’Union Minière du Haut-Katanga (UMHK) étaient devenues inadaptées ;

3. La reprise des activités de STL sous le contrôle total de la GECAMINES ;

4. La mise en production de l'usine de DEZIWA d’une capacité initiale de 80.000 tonnes de cuivre ;

5. La nette progression de la production propre de GECAMINES;

6. Et enfin 
Le rééquilibrage de ses joint-ventures.

Il convient de rappeler que dans son récent document, Raphaël Ngoy a, sous couvert d’une analyse technique, conclu à la mort clinique de la Gecamines  en tant qu’opérateur minier et à la nécessité de la faire évoluer vers une société de participations minoritaires.

Ce qui, affirme la correspondance du conseil d'administration de la Gecamines,  consacre la thèse de ceux qui militent pour que la RDC ne gère plus elle-même ses gisements.

Orly-Darel Ngiambukulu