RDC-Meurtre d'un élève à Goma : La police accuse "trois marginaux qui ont tenté de ravir l'arme aux policiers provoquant ainsi le tir"

Publié mer 11/12/2019 - 11:25
7sur7

Après une manifestation de colère contre l'insécurité aux quartiers Katoyi, Kasika et Majengo, organisée pour la énième fois mardi 10 décembre dernier à Goma, causant la mort par balle d'un adolescent de 15 ans, la Police Nationale Congolaise, commissariat provincial du Nord-Kivu, dénonce "le comportement de certains manifestants qui s'adonnent à la destruction méchante des infrastructures, au jet des pierres et barricades des axes principaux de la partie nord de la ville de Goma".

Dans un communiqué parvenu à 7SUR7.CD ce mercredi, la PNC se dit touchée par le décès de l'enfant Théophile Bahogwere, "atteint par balle perdue", lors de la répression de ladite manifestation.

La Police accuse "trois marginaux, qui ont tenté de ravir l'arme aux policiers, chose qui a fait déclencher en même temps le tir qui a atteint la victime".

Pendant la manifestation, la police rapporte que 4 de ses éléments ont été blessés ainsi que deux autres civils. 22 manifestants ont été interpellés dont six mineurs "relaxés après appréciation".

D'autres dégâts matériels ont été causés par les protestataires, selon ce document officiel des forces de l'ordre. Parmi ces dégâts, l'on note : 

- Incendie de deux bureaux de police (Mabanga et Majengo), ainsi que l'ancien centre de santé Lubango ;

- Une moto de marque Senke DT125 appartenant à la police incendiée ;

- Deux panneaux solaires avec des accessoires emportés ;

- Quelques cabines de télécommunications et un podium de la Police de Circulation Routière saccagés ;

- Une arme non létale emportée ;

- Quatre policiers et deux civils blessés.

Il sied de rappeler cependant que 3 policiers, présumés auteurs et complices du meurtre de l'élève ont été arrêtés et transférés à l'auditorat militaire de garnison de Goma. Une audience publique en flagrance a par la même occasion été ouverte.

Glody Murhabazi, à Goma