Sud-Kivu : Un député propose l’extension de la ville de Bukavu pour éviter les éboulements, érosions et incendies

Publié mar 14/01/2020 - 08:54
7sur7

Le député national Olive Mudekereza Namegabe appelle les autorités à tous les niveaux à investir dans l’extension de la ville de Bukavu.

Ceci pour épargner les vies humaines des éboulements, des érosions et des incendies à répétition qui frappent le chef-lieu de la province du Sud-Kivu.

« Je compatis avec les familles éprouvées et victimes des dernières pluies quoi ont provoquées de morts et des dégâts matériels. L’extension de cette ville est urgente et nécessaire avec une construction répondant aux standards. L’extension est la piste de solution pour non seulement répondre à la forte demande de l’habitat mais aussi épargner les vies humaines des éboulements, des érosions, des incendies et des tremblements de terre à répétition. Notre proposition de l’extension est sur trois axes dont Birava-Mudaka vers l’aéroport de Kavumu, Chidaho-Mugogo et Nyatende-Nyangezi », peut-on lire dans son message de condoléances, parvenu à 7SUR7.CD ce mardi 14 janvier 2020.

Cet élu du territoire de Walungu appelle les autorités à sanctionner tous les fonctionnaires qui vendent et distribuent des parcelles sur des sites impropres à la construction.

« Plusieurs maisons sont en danger à Bukavu, surtout celles se trouvant sur des sites inappropriés pour la construction. Plusieurs routes même sont menacées d’érosions. Il est temps de sanctionner les fonctionnaires verrés qui distribuent des parcelles sur des sites inappropriés. L’autorité de l’état doit être rétablie. Nous invitons l’autorité provinciale, dans le cadre de fonds d’investissement des provinces, d’initier un projet d’élargissement de la ville avec l’appui de l’assemblée provinciale, des élus nationaux et de le soumettre au gouvernement central », a-t-il demandé.

Il sied de rappeler que 10 personnes sont mortes et plus de 80 maisons détruites suite aux fortes pluies qui se sont abattues sur la ville de Bukavu le samedi 11 janvier 2020.

Déogratias Cubaka, à Bukavu