Dissolution Ass. Nat. : La Nouvelle Génération Tshisekedi invite Jeanine Mabunda à retirer ses propos "excessifs"  

Publié mer 22/01/2020 - 11:40
7sur7

Les réactions ne cessent de tomber au lendemain de la prise de position de la présidente de l'Assemblée Nationale Jeanine Mabunda sur la menace de dissolution de son institution.

À la Nouvelle Génération Tshisekedi, (NGT), une structure qui soutient les actions du président de la République, l'on qualifie les propos de Jeanine Mabunda de "discourtois et d'excessifs".

Joscky Bope, secrétaire exécutif de la NGT, fustige le comportement de certains membres du Front Commun pour le Congo, (FCC), qui, dit-il, se permettent depuis un certain temps de manquer du respect au chef de l'État.

"Nous constatons depuis un certain temps que certains de nos compatriotes, notamment les camarades du FCC, se permettent de manquer du respect au président de la République, qui est toute une Institution. Ce que nous venons d'entendre de la bouche de la présidente de l'Assemblée nationale est très excessif", a dit Joscky Bope ce mercredi 22 janvier à 7SUR7.CD.

Dans la foulée, le secrétaire exécutif de la Nouvelle Génération Tshisekedi appelle la présidente de la chambre basse du Parlement à revenir sur ses propos.

"Ce genre des déclarations ne sont pas dignes de la présidente d'une Assemblée nationale. Que Jeanine Mabunda retire donc ses dires. Qu'elle sache que rien ne peut empêcher le président de la République, garant de la Nation, de décider ainsi après avoir constaté des crises", renchérit-il.

Pour Joscky Bope, la présidente la chambre basse du Parlement a mal compris le souci exprimé par le chef de l'État lors de son échange avec les Congolais de la diaspora à Londres.

"Ce n'est pas ce que le président a dit. Lui-même a souligné qu'il ne voudra pas créer une quelconque crise au pays", conclut le secrétaire exécutif de la Nouvelle Génération Tshisekedi.

Pour rappel, la présidente de l'Assemblée Nationale qui répondait à une question de la presse mardi dernier sur la dissolution de son institution, a notamment déclaré que c'est un débat indécent et accessoire.

Jephté Kitsita