RDC - Flambée des prix des biens de 1ère nécessité sur les marchés : voici les causes et les remèdes (ministre A. Bandubola) 

Publié dim 02/02/2020 - 12:54
7SUR7.CD

Le gouvernement de la République par le biais du ministère de l'économie, a arrêté un certain nombre de mesures pour mettre fin à la flambée et la spéculation des prix des biens de première nécessité sur les différents marchés du pays. Il s'agit entre autres, de la redynamisation du comité de suivi des produits de première nécessité, la mise en place d'une synergie entre les ministères productifs ou sectoriels, et l'instauration des contrôles réguliers des prix auprès des opérateurs économiques en vue d'imposer des sanctions aux spéculateurs. 

Ces mesures ont été annoncées par la ministre de l'économie, au terme de la visite qu'elle a effectuée, samedi dernier, aux marchés de La Liberté, Somba Zigida, Gambela et au Grand Marché situés à Kinshasa, pour palper du doigt la réalité des prix des denrées alimentaires sur terrain. 

Avant leur application, a souligné Acacia Bandubola, elles ont été proposées par son ministère au gouvernement et approuvées par le 18è conseil des ministres qui s'est réuni le vendredi 31 janvier dernier. 

Tout en rassurant de la baisse prochaine des prix des biens de première nécessité, elle a appelé également la population à la patience. 

"Le gouvernement de la RDC, par la gouvernance du 1er ministre qui met des solutions en place afin de rencontrer la vision du chef de l'État est en train de trouver des solutions adéquates, des solutions conjoncturelles [à court terme, Ndlr] mais surtout structurelles, pour que la problématique soit éradiquée de manière définitive. Il faut juste être patient parce que nous sommes en train de travailler dans l'optique du peuple d'abord. C'est ça notre credo, c'est ça notre mission", a affirmé A. Bandubola. 

*Les causes de la flambée des prix des produits de première nécessité sur les marchés*

Selon le ministère de l'économie, sur les 45 produits de première nécessité suivis sur les marchés, près de 7 ont été touchés par la hausse des prix parmi lesquels le poulet, les haricots, le sucre brun et les chinchards. 

Le prix des haricots, par exemple, a augmenté suite à la détérioration de l'axe routier Kisangani-Bunia-Nyanya. Ce qui ne permet pas aux camions qui vont aux centres de production de se rendre aux centres de distribution, a précisé A. Bandubola, avant d'annoncer la réhabilitation prochaine de cette route sur décision du gouvernement. 

S'agissant de poulet, le prix de ce produit a été revu à la hausse suite à l'interdiction d'importation imposée à la société Minocongo au niveau international. Ce qui explique, selon le numéro un de l'économie nationale, la rareté de ce bien sur les marchés. 

D'un autre côté, a ajouté la ministre Bandubola, le prix du sucre a augmenté sur les marchés à cause de la mauvaise récolte due aux problèmes climatiques. Elle a par ailleurs, annoncé que plus de 20 mille tonnes du sucre brun est déjà à Kinshasa et le prix pourra être revu à la baisse dans les prochains jours. 

Après la prise des mesures "adéquates" par le gouvernement pour résoudre cette crise de la hausse des prix de première nécessité sur les marchés, la ministre Bandubola a exhorté la population à ne pas se prêter à des spéculations dues à la rareté de ces biens. 

Prince Mayiro