RDC : "Le ministre des finances n’a aucun pouvoir de modifier le contenu de la loi des finances, quelles qu’en soient les circonstances", (Sele Yalaghuli)

Publié ven 21/02/2020 - 10:37
7sur7

Le ministre des Finances Sele Yalaghuli a, lors du conseil des ministres présidé par le chef de l'État jeudi 21 février dernier, explicité à l’attention des membres du gouvernement la différence entre le Plan de Trésorerie (PTR) et le plan d’engagement budgétaire. 

Sele Yalaghuli a, en outre, martelé que le ministre des finances n’a aucun pouvoir de modifier le contenu de la loi des finances, quelles qu’en soient les circonstances.

"Cette prérogative relève du seul législateur", a fait savoir le ministre des Finances Sele Yalaghuli selon le porte-parole du gouvernement Jolino Makelele.

Par cette précision, le ministre des Finances a voulu dissiper la confusion née dans l'opinion après la publication du plan de trésorerie par le ministère des finances.

Au cours d'une conférence de presse conjointe, animée le 19 février dernier au cabinet du ministre des finances par Jean-Marie Bamporiki et Vincent Ngonga Nzinga, respectivement directeur de cabinet du vice-premier ministre du budget (Jean-Baudoin Mayo) et directeur de cabinet du ministre des finances (José Sele Yalaghuli), ces derniers ont affirmé que le plan de trésorerie (PTR) est un outil de gestion et de pilotage du budget au regard des fluctuations de la conjoncture et des contraintes trouvées sur le terrain.

''Le Plan de trésorerie est un document interne au ministère des finances qui vise à prévenir les risques d'endettement de l'Etat. Et partant, à assurer la soutenabilité du budget. Ainsi, le plan de trésorerie est dynamique, revisable et ajustable à tout moment,  en fonction des données en présence. Il peut être établi sur la base annuelle où infra-annuelle. Le fait de l'établir sur une base annuelle n'amène pas à le confondre avec le budget de l'État'', avait précisé Vincent Ngonga.

Pour rappel, le budget de l'État comprend : le budget général, les budgets annexes et les comptes spéciaux. Le budget 2020, promulgué par le président Tshisekedi, a été voté en équilibre à 18.545 milliards FC (11.8 milliards $).

Jephté Kitsita