RDC - Affaire Kilomba et Ubulu : Pour Fayulu, Tshisekedi a violé la Constitution malgré "que ces juges lui ont causé du tort"

7SUR7

Martin Fayulu apporte son soutien "total" à la démarche entreprise par Théodore Ngoy, ancien candidat à la présidentielle de 2018, pour que les ordonnances présidentielles portant nominations des juges constitutionnels Noël Kilomba et Jean Ubulu à la Cour de cassation soient rapportées.

Pour ce membre du présidium de la coalition LAMUKA, ces nominations constituent une violation intentionnelle de la constitution qu'il ne peut pas soutenir. 

Et ce, a-t-il souligné, malgré que les juges précités lui ont causé préjudice lors de l'examen en février 2019 de sa requête d'annulation des résultats de la présidentielle de 2018 à la Cour constitutionnelle. 

"Ce n'est pas parce que ces juges là m'ont causé du tort que je dois soutenir la violation intentionnelle de la constitution, Non! Nous sommes des hommes ici au Congo, et des femmes qui sont des hommes et des femmes des principes et des valeurs. Le respect de la constitution est sacré et monsieur Tshisekedi doit respecter la constitution", a déclaré Martin Fayulu. 

Par ailleurs, il a affirmé que Félix Tshisekedi qui a nommé ces juges à la Cour de cassation en violation de la constitution est passible des poursuites judiciaires pour "haute trahison". 

"Nous disons ici nous voulons construire un État de droit, ce n'est pas un mot qu'on lance en vain, il faut que les actes suivent. Monsieur Tshisekedi le sait, il est illégitime. Non seulement il est illégitime, maintenant il pose des actes en violation intentionnelle de la constitution. On ne peut pas laisser passer cet aspect des choses. C'est pour cela je soutiens totalement l'action de maître Théodore Ngoy. Je dis à la population, je dis à tout le monde, monsieur Tshisekedi court un risque énorme, il doit être traité de haute trahison", a renchéri l'ex-candidat à la présidentielle de 2018. 

Nommés au mois de juillet dernier à la Cour de cassation, les juges constitutionnels Kilomba et Ubulu ont refusé de prêter le 4 août août 2020. En revanche, ils ont écrit au président de la République pour lui demander de rapporter ses ordonnances de nominations, afin de les laisser achever leurs mandats à la Cour constitutionnelle jusqu'en avril 2021. 

Pour ce faire, ils ont mandaté Théodore Ngoy, en vue qu'il exploite toutes les voies judiciaires requises pour que les ordonnances présidentielles portant leurs nominations soient rapportées.

Cependant, dans un communiqué publié le 8 août dernier, la présidence de la République a laissé entendre qu'il revenait au chef de l'État Félix Tshisekedi de constater la démission d'office des juges Kilomba et Ubulu à la Cour constitutionnelle, après leur refus de prêter serment. 

Prince Mayiro

Étiquettes