Justice

RDC-Procès meurtre d'un élève à Goma : La prochaine audience fixée au 21 décembre prochain

L'audience publique en matière répressive au premier degré pour meurtre d'un élève, ouverte mardi 10 décembre au Tribunal Militaire, Garnison de Goma (Nord-Kivu), s'est poursuivie mercredi 11 décembre 2019.

Accusés de dissipation des munitions de guerre et meurtre de l'adolescent de 15 ans, les 3 policiers prévenus, ont été entendus et ont présenté leurs moyens de défense.

RDC : Les USA imposent des sanctions à un chef de file et 5 membres clés des ADF pour leur rôle dans les violations des droits humains 

Les États-Unis, à travers son ministère américain du Bureau du contrôle des avoirs étrangers (OFAC), ont arrêté des mesures restrictives contre 18 personnes de pays différents, à savoir : la Birmanie, le Pakistan, la Libye, la Slovaquie, la RDC et le Soudan du sur, pour leur rôle dans de graves violations des droits de l'homme.

C'est ce que rapporte un communiqué du département de trésor américain rendu public mardi 10 décembre dernier, en marge de la journée internationale des droits de l'homme.

Nord-Kivu : L'auditorat militaire ouvre un procès en flagrance sur le meurtre d'un élève à Goma 

Quelques heures seulement après l'interpellation de 3 policiers, présumés auteurs et complices du meurtre d'un jeune élève (d'environ 15 ans), au quartier Kasika à Goma, un procès en flagrance a été ouvert dans la soirée de ce mardi à l'auditorat militaire garnison de la ville touristique.

Les policiers Musa Kapayana, Ngwije, ainsi que la policière Henriette Furaha, font déjà face à la justice dans une audience publique.

Ils ont été identifiés. L'audience a été suspendue et reprend ce mercredi 11 décembre afin de fixer le sort de chacun de ces prévenus.

RDC : après son audition, Gabriel Mokia déféré au parquet pour tentative de meurtre 

Gabriel Mokia, acteur politique congolais et ancien candidat à la présidence de la République, a été déféré au parquet de grande instance de la Gombe. Il est poursuivi par le procureur pour tentative de meurtre  contre mademoiselle Lisombo Poso. 

L'annonce a été faite par le commissaire provincial de la police ville de Kinshasa Sylvano Kasongo, à travers un communiqué publié ce mardi 26 novembre 2019. 

Safu : "Les 10 ans infligés à Dolly Makambo nous ont donné la paix du cœur. Qu'il parte encore déchirer les banderoles de l'église catholique"

Le député national Daniel Safu a rendu hommage ce samedi 23 novembre 2019 aux juges de la Haute Cour Militaire qui ont condamné Dolly Makambo à 10 ans de servitude pénale dans l'affaire du meurtre de l'administrateur gestionnaire adjoint du centre de santé Vijana.

À en croire Daniel Safu, qui s'exprimait devant la presse à l'occasion d'une manifestation de l'opposition dans la capitale, cette condamnation a donné la paix du cœur à la famille de l'illustre disparu.

RDC-Condamnation de Dolly Makambo : "Nous ne pouvons pas être indifférents d'une bonne évolution de la justice", (Abbé Nshole)

La Conférence Épiscopale Nationale du Congo, (CENCO), par l'entremise de son secrétaire général a salué la décision de la justice qui a donné le ministre provincial de l'intérieur, sécurité, décentralisation et affaires coutumières Dolly Makambo à 10 ans de prison.

Pour l'abbé Donatien Nshole, la CENCO ne peut pas rester indifférente sur l'évolution positive de la justice en République Démocratique du Congo.

Kinshasa : Les avocats de Dolly Makambo attaquent en cassation l'arrêt de la Haute Cour Militaire

Conformément à l'article 95  de la loi portant organisation, fonctionnement et compétences des juridictions de l'ordre judiciaire, les avocats de Dolly Makambo ont formé un pourvoi en Cassation, ce vendredi 22 novembre, afin d'obtenir l'annulation de la condamnation de leur client à 10 ans de servitude pénale principale.

L'information a été confirmée par Me David Tshimanga, membre du collectif des conseils du désormais ancien ministre provincial de l'intérieur de la ville de Kinshasa.

RDC : Les avocats de Dolly Makambo s'apprêtent à attaquer la décision de la Haute Cour Militaire en cassation

Le procès du meurtre de l'administrateur gestionnaire adjoint du centre de santé de référence Vijana Belvis Nkunku s'est clôturé le jeudi 21 novembre dernier.

Impliqué dans cette affaire, le ministre provincial de l'intérieur de la ville province de Kinshasa Dolly Makambo a été condamné à 10 ans de servitude pénale. 

Une décision qui ne déboute pas complétement ses avocats qui affirment que s'ils ne peuvent pas interjeter appel contre ce jugement, conformément à la loi, ils peuvent cependant l'attaquer en cassation.

Kinshasa : Le garde du corps de Dolly Makambo qui a tiré sur l'AG de Vijana condamné à la peine capitale 

La Haute Cour Militaire a, dans son verdict prononcé ce jeudi 21 novembre 2019, condamné à la peine capitale, le policier répondant au nom de Gaëtan Ekawa alias Ekanga Nyama, garde rapproché de Dolly Makambo. 

Il est donc reconnu "auteur principal" de l'assassinat de Belvis Nkunku Ilo, administrateur gestionnaire adjoint du Centre de santé Vijana. 

En ce qui concerne les dommages et intérêts, la République Démocratique du Congo étant son employeur, est sommé de payer l'équivalent en francs congolais de la somme de 600.000 $ aux 4 parties civiles dans un délai de 8 jours.