Lubumbashi: Des promoteurs et enseignants du secteur privé ont manifesté ce jeudi pour exiger la reprise des cours

rdc

Dans le but d'exiger la reprise des cours au niveau de l'enseignement primaire, la Dynamique des promoteurs et enseignants du secteur privé a manifesté ce jeudi 14 janvier 2020 dans les rues de Lubumbashi, pour interpeller le président de la République et le gouvernement sur la nécessité d'adhérer à leur revendication. 

Jupsy Ntumba Makuala, administrateur de cette ASBL, indique à 7SUR7.CD, qu'un mémorandum sera déposé au chef de l'État contenant le vœux des promoteurs relatif à la reprise des activités scolaires en cette période de la deuxième vague de la pandémie de Covid-19, à l'issue de leur manifestation. 

"Nous promoteurs, chefs d'établissements, enseignants, élèves, demandons la reprise des cours dès la semaine prochaine en vous promettant la stricte application des gestes barrières. Car l'enseignement via la télé ne semble pas être adaptée aux réalités de notre pays", déplore J. Makuala. 

Ces réalités d'après ce promoteur d'écoles sont notamment, le manque de logistiques adéquats au niveau de familles, l'absence de la présence physique de l'enseignant et de l'élève, les coupures intempestives de l'électricité et le manque d'électricité dans certains endroits ayant pour conséquence l'indifférence des enfants au mode télé-école ainsi que la baisse du niveau d'études des élèves.

Ces promoteurs ont aussi évoqué également les conséquences qui  peuvent découler du chômage des écoliers que sont les grossesses et les mariages précoces des jeunes filles, et la délinquance juvénile.

Ainsi, ils ont appelé le chef de l'État d'ouvrir les portes des écoles afin d'éviter des conséquences fâcheuses.

Des marches similaires ont été observées, à Kinshasa et à Bukavu notamment, pour réclamer la reprise des cours tant au niveau primaire, secondaire qu'universitaire. 

La rentrée des classes initialement prévue le mardi 5 janvier en cours a été reportée sine die à la suite d'une réunion entre le ministre de l'Epst Willy Bakongo et le comité multisectoriel de lutte contre la Covid-19. Des mesures prises pour éviter la deuxième vague de la pandémie. Une décision à la base d'une marche organisée tout récemment par les étudiants des différentes universités du pays exigeant la reprise des cours.

Christel Insiwe