Stagnation des recettes en janvier, février et mars : L'IGF appelle à plus de responsabilité dans l'exécution des dépenses publiques

7SUR7

L'Inspection Générale  des Finances (IGF) a, dans une correspondance  adressée au Gouvernement et dont la quintessence a été dévoilée à la presse ce jeudi 1er avril 2021, attiré  l'attention des décideurs  des Finances Publiques sur la stagnation dans la mobilisation des recettes pour les mois de janvier, février et mars de l'année en cours.

Par ailleurs, l'GF à travers son service de communication, indique que les mesures qui sont  en train dêtre prises actuellement en Europe  en rapport avec la pandémie de la covid-19, n'augurent pas des meilleures perspectives  pour les finances publiques de la République démocratique du Congo.

C'est ainsi que l'Inspection Générale des Finances en appelle à plus de responsabilités  dans l'exécution des dépenses publiques et à  éviter de prendre des décisions de nature à mettre en mal les finances publiques qui fonctionnent avec un équilibre fragile. 

L'effort du gouvernement doit être accès sur les réformes fiscales et des finances publiques susceptibles d'impacter positivement la mobilisation des recettes ainsi que sur la rationalisation des dépenses publiques", fait savoir la même source. 

Dans cet ordre d'idée, l'IGF annonce qu'il va maintenir ses missions d'encadrement des finances publiques et de patrouille financière dans les entreprises du Portefeuille de l'Etat ainsi que dans les établissements publics. 

Pour l'IGF, il est important de signaler que les missions de patrouille financière privilégient l'exécution des dépenses des salaires des agents et celles liées à la production directe. 

"Les autres dépenses  ostentatoires sont censurées", conclut le service de communication de l'Inspection Générale des Finances, dirigée par Jules Alingete Key.

Jephté Kitsita