Beni : "Ces massacres sont odieux, barbares et nous devons faire mieux", reconnait la cheffe de la MONUSCO

Photo 7SUR7.CD

La représentante spéciale du Secrétaire Général des Nations-Unies est revenue sur les manifestations anti-MONUSCO au Nord-Kivu, lors d'une conférence de presse qu'elle a animée ce jeudi 15 avril 2021, dans la ville de Beni.

La cheffe de la mission onusienne a dû reconnaître la persistance des massacres entretenus par les rebelles d'Allied Democratic Forces (ADF) dans l'Est de la République Démocratique du Congo.

« Ces massacres sont odieux, barbares et nous devons faire mieux. Mais, la solution n'est pas de s'attaquer à la MONUSCO. J'en appelle à la responsabilité de chacune et de chacun d'entre vous. Oui, les forces de sécurité nationales et la MONUSCO ne sont pas parvenues à faire cesser les massacres, en particulier ceux perpétrés par les ADF », a-t-elle reconnu.

Et d'ajouter : « J'appelle les parlementaires à créer une commission d'enquête sur la situation d'insécurité dans la partie Est et Nord-est de la RDC. Ceci, dans l'objectif de formuler des recommandations contribuant à la restauration de la stabilité de l'autorité de l'État dans les provinces. Les Nations-Unies sont prêtes à apporter tout leur soutien aux travaux de cette commission d'enquête ».

Bintou Keita séjourne dans l'Est de la République Démocratique du Congo depuis ce jeudi. Un jour plus tôt, elle a notamment échangé avec le président honoraire, Joseph Kabila,  dans sa résidence de Kashamata à Lubumbashi, sur la situation sécuritaire au pays.

Bantou Kapanza Son, à Beni