Santé : L’ONG Collectif 24 exige des autorités l’instauration des mécanismes de transparence afin d’éviter des détournements lors des épidémies (Tribune)

7SUR7

« Mécanismes de gestion des fonds des épidémies et pandémies : une véritable machination » 

Depuis près d’une décennie, la RD Congo fait face à l’apparition et propagation des maladies infectieuses contagieuses qui frappent en même temps et à un même endroit un grand nombre de personnes. La gestion de fonds alloués par les bailleurs pour la riposte de ces maladies a toujours été décriée. Le cas le plus récent est celui de la maladie à virus d’Ebola à l’Est de la RDC et la Covid 19.  

Selon le rapport de l’Institut de Développement d’outre mer sur la 10ème réponse à Ebola en République démocratique du Congo, plusieurs milliers de dollars avaient été injectés. On estime qu'entre 800 millions de dollars et 1,2 milliard de dollars ont été dépensés au cours des 22 mois de la 10éme épidémie d'Ebola.
 
Les Etats-Unis qui estiment avoir dépensé près de 600 millions de dollars pour la réponse (y compris pour la recherche sur le virus Ebola et les vaccins directement liés à cette épidémie), d'autres donateurs importants dont la Banque mondiale (jusqu'à 300 millions de dollars), le ministère britannique du développement international (DFID) estimé à 81,5 millions de dollars, l'Union européenne (UE) estimé à 120 millions de dollars et l'Allemagne estimé à 20,5 millions de dollars estiment que en l’absence de mécanismes clairs, personne ne sait exactement ce qui avait été dépensée.

Selon les normes des interventions d'aide humanitaire les plus urgentes, la réponse de la Maladie à Virus Ebola 10 a été extrêmement bien financée - et pour la plupart en temps voulu. Malheureusement, la direction de la riposte n’avait pas établi un système clair transparent de gestion des fonds et de responsabilité pour la réponse, ce qui a contribué à une perception de gaspillage et de manque de responsabilité.

Cette triste réalité est aussi la même pour la pandémie de COVID 19. Beaucoup d’argents injectés mais dont l’affectation est restée méconnue des agents de santé.

Cependant la gestion de ces fonds a suscité une grogne au sein de l’opinion qui s’interrogeait sur sa gestion notamment sur la question liée au test covid 19.

Des voix s’étaient élevées pour dénoncer l’opacité régnante autour de la gestion pour la lutte contre la pandémie Covid 19.

Ceci entrainera que l’ancien ministre de la Santé publique ETENI LONGONDO fasse l’objet d’une mise en examen sur le détournement des fonds alloués à la lutte contre la Covid 19.

Toutes ces préoccupations démontrent combien une gestion des finances floue est une question sociale et peut créer un malaise au sein de la population et exige une certaine éthique dans sa gestion.

Pour rassurer l’opinion publique, le gouvernement par le biais de son ministère de la Santé Publique devrait la rendre transparente en adoptant l’habitude de rendre publique ou publier selon la périodicité que le Ministère jugera, les informations financières liées à la lutte contre la Covid 19.

A l’image du Secrétariat Technique de Riposte contre la Covid 19 qui publie quotidiennement les bulletins épidémiologiques sur l’état d’épidémies.

Une pratique qui devait être adoptée par tout organe public percevant des fonds publics pour la mise en œuvre des activités d’intérêt public.

Le Collectif 24 demande aux autorités d’instaurer les mécanismes de transparence financière dans la gestion des épidémies en RDC pour éviter la crispation provoquée par une gestion opaque des fonds publiés déboursés pour la résolution des problèmes sanitaires qui sévit la population.

 Tribune/Collectif 24