Tribune

Tribune - Pétition contre Mboso : La rationalité historique des élus à l’épreuve

Il est d’une évidence insoupçonnable que les institutions politiques en Afrique sont des plus instables qui soient. On peut les confier aux saints, ceux-ci finiront par devenir des démons. Et lorsqu’on les confie aux diables, ils finissent par passer pour des donneurs des leçons. 
Et aussi curieux que cela puisse paraître, l’instabilité des institutions politiques en Afrique procède de cette psychologie. Tout va mal lorsque ce sont les autres qui gouvernent. C’est la térrorisation de l’histoire et de la communauté. Et paradoxalement, tout va bien lorsque c’est moi qui gouverne.

Grand Katanga/Enjeux  2023 : Dany Banza victime de sa loyauté envers le chef de l’Etat (Tribune)

Alors que les enjeux électoraux de 2023 se dessinent clairement à l’horizon, les camps politiques aussi définissent déjà leur ligne de combat. Avec le décès  de l’honorable Antoine Gabriel KYUNGU WA KUMWANZA président de l’Union nationale des Fédéralistes du Congo (UNAFEC), les cartes sont redistribuées à telle enseigne que les politiciens ont commencé à se donner des coups bas d’envergure.

Loi Tshiani ‘’de père et de mere’’ : Une pure folie, une distraction et rien d’autre (Tribune de Me Frédéric Kwamba Tshingej)

L’Article 10 de la constitution énonce que la nationalité congolaise est soit d'origine, soit d'acquisition individuelle et est Congolais d'origine, toute personne appartenant aux groupes ethniques dont les personnes et le territoire constituaient ce qui est devenu le Congo (présentement la République Démocratique du Congo) à l'indépendance.

La loi 04/024 du 12/11/2004 renchérit dans le même sens. 

L’article 72 de la même constitution stipule : « Nul ne peut être candidat à l'élection du Président de la République s'il ne remplit les conditions ci-après : 

Loi Tshiani : "De père et de mère, pourquoi ?", (Tribune de Siméon Nkola Matamba)

Les protestations virulentes et les débats à longueur de mois n'ont pas éteint la fièvre. La proposition du verrouillage de certains postes de souveraineté continue de surgir et de ressurgir par vagues successives. 

L'objectif de celui qui a porté jusqu'ici cette proposition est que seuls les Congolais dits de père et de mère (concept absent de notre Constitution) soient autorisés à briguer des postes de souveraineté, dont le premier est celui de Président de la République.

Affaires CAMI et suspension du SG des Mines : La ministre A. Nsamba préoccupée par la légalité (Moïse Musangana)

Première femme à occuper le ministère des Mines en RD Congo depuis l’indépendance, la ministre Antoinette Nsamba Kalambayi défraie la chronique. Un torrent d’articles et de vidéos sur fond de diabolisation s’observe dans les médias aussi bien traditionnels que dans les réseaux sociaux sur la situation qui prévaudrait au ministère des Mines.

Tribune : Prof André Mbata déplore un Arrêt de la Cour constitutionnelle en violation de la Constitution 

Résumé des faits et questions de droit
Le jour même que devait normalement se clôturer la session ordinaire de mars des deux Chambres parlementaires, l’Honorable Mboso N’Kodia Pwanga Christophe, Président de l’Assemblée nationale, introduisait auprès de la Cour constitutionnelle sa requête du 15 juin 2021 reçue au greffe le 16 juin 2021 et enregistrée sous le numéro R.Const 1584 en vue d’obtenir l’interprétation de l’article 144 alinéas 2 et 3 de la Constitution.

Tribune - Hydrocarbures : comment libérer le patrimoine national de la RDC du joug de certains permis d’exploration et Contrats de partage de production (Henri Mutombo)

TRIBUNE : Comment libérer le patrimoine national de la République Démocratique du Congo du joug des Arrêtés de prorogation relatifs aux permis d’exploration, des avenants aux Contrats de Partage de Production et des Protocoles d’Accord en violation des dispositions de la Loi des Hydrocarbures de 2015 en vigueur

 

Santé : L’ONG Collectif 24 exige des autorités l’instauration des mécanismes de transparence afin d’éviter des détournements lors des épidémies (Tribune)

« Mécanismes de gestion des fonds des épidémies et pandémies : une véritable machination » 

Depuis près d’une décennie, la RD Congo fait face à l’apparition et propagation des maladies infectieuses contagieuses qui frappent en même temps et à un même endroit un grand nombre de personnes. La gestion de fonds alloués par les bailleurs pour la riposte de ces maladies a toujours été décriée. Le cas le plus récent est celui de la maladie à virus d’Ebola à l’Est de la RDC et la Covid 19.