RDC : L'Avocat du FPI et de son DG demande à la ministre de la justice d’ignorer les revendications de Kitangala animé par le désir « d'escroquerie »

7SUR7

L'avocat conseil du Fonds de Promotion de l'Industrie (FPI) et de son directeur général Patrice Kitebi a, au travers d'une d'une correspondance adressée à la ministre d'État en charge de la justice, Rose Mutombo et consultée le jeudi 10 juin 2021 par 7SUR7.CD, dénoncé le comportement de Joseph Kitangala Kabala animé par l'esprit d'escroquer de l'argent à cette institution. 

Me Carlos Ngwapitshi a invité la ministre R. Mutombo de faire fi des revendications de ce dernier. Il a insisté sur le fait que Kitangala n'a aucun lien avec le FPI. 

« Je tiens à vous rassurer, Excellence Madame le Ministre qu’il s’agit d’un Monsieur qui veut escroquer de l’argent au FPI et qui veut se faire remarquer inutilement », lit-on dans ce document. 

L'avocat conseil du FPI et de son DG désapprouve le comportement de J. Kitangala qui s'évertue non seulement à diffamer ses clients mais également à saper la dignité de certains Hauts magistrats lors de ses dernières sorties médiatiques. 

« À peine sorti de prison, Monsieur Kitangala Joseph s'est livré à nouveau à la diffamation contre mes clients dans des sorties médiatiques sur RFI et sur la chaîne de radio locale [email protected] ainsi que sur les réseaux sociaux et ce, en mai 2021. La particularité ici c'est qu'il s'en est pris, en plus, aux Hauts magistrats Adler Kisula et Pascal Mukonkole Katambwe, respectivement anciens procureurs généraux de Kinshasa/Matete et Gombe ainsi qu'au feu Avocat général Mulongoy, qu'il traite désormais d'un groupe de gens qui se sont unis pour l'envoyer en prison », a fait remarquer.  

Il a appelé la ministre de la justice à être sur ses gardes face à J. Kitangala. 

« Ne soyez pas surprise d'apprendre que ce monsieur s'en est pris à vous s'il n'obtient pas vos bonnes dispositions, c'est son mode opératoire », a écrit l'Avocat conseil du FPI et de son DG.

J. Kitangala qui l'on présente comme un « lanceur d'alertes » a été relaxé en mai dernier après plus d'une année de détention à la prison centrale de Makala pour imputations dommageables à l’endroit du directeur général du FPI. 

Merveil Molo