Bahati : "Nous ne pouvons pas, chaque fois, nous tourner vers la Banque Mondiale pour donner de l'eau à boire à nos populations"

7SUR7

Le président du Sénat, Modeste Bahati Lukwebo, a, lors de la séance plénière de ce lundi 14 juin 2021, affirmé que les ressources ne manquent pas au pays mais le coulage des recettes est parmi les maux qui rongent le Congo-Kinshasa. D'où, a-t-il souligné, il faut changer des mentalités. 

C'est ainsi que Modeste Bahati a salué la décision du président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, de créer une cellule chargée du changement de comportement (mentalités ndlr) au sein de son cabinet.

"Dans ce pays, il y a des ressources mais le coulage des recettes est tel que finalement les ressources qui devaient revenir à l'État finissent dans les poches des individus ou tout simplement on ne les perçoit pas. Quelqu'un doit un impôt foncier mais personne ne lui a jamais demandé de payer, il croise les bras et il avance", a déploré le président du Sénat. 

Dans la foulée, Modeste Bahati a appelé les sénateurs à prendre la résolution de contribuer au changement pour permettre à la République démocratique du Congo de ne plus trop dépendre de l'extérieur. 

"Nous ne pouvons pas chaque fois nous tourner vers la Banque Mondiale pour que nous puissions donner de l'eau à boire à nos populations", a martelé Modeste Bahati. 

Pour changer cet état de chose, le président de la chambre haute du Parlement a insisté sur l'exécution correcte et convenable du budget de l'État. 

"C'est pour cette raison que nous devons cette fois-ci prendre la résolution de faire exécuter correctement et convenablement le budget. Le problème c'est l'exécution du budget de l'État", a fait savoir Modeste Bahati. 

Par ailleurs, le président de la chambre haute du Parlement a estimé qu'il faut s'appuyer sur la vision du président Tshisekedi pour changer les choses en République démocratique du Congo. 

Jephté Kitsita