CENI : Paul N'sapu appelle les pères spirituels à opérer un choix qui fera de la publication des résultats une fête pour toute la population

7sur7

L'expert électoral Paul N'sapu Mukulu appelle les pères de l'église qui s'apprêtent à présenter leurs candidats à l'Assemblée nationale pour la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) à opérer un choix qui permettra au pays d'avoir de bonnes élections en 2023.

Il a lancé cet appel au cours d'une journée de réflexion sur l'appropriation de la Loi organique portant organisation et fonctionnement de la CENI, organisée le vendredi 23 juillet 2021, par la haute académique de la société civile.

"Je profite pour lancer un appel aux pères spirituels, pour que cette fois-ci, nous puissions donner la possibilité à notre peuple d'avoir les meilleurs que nous pouvons avoir dans la CENI pour nous organiser des élections bonnes, qui ne seront pas parfaites certes, mais dont la publication des résultats sera une véritable fête pour toute la population qui se reconnaîtra en ceux qui seront élus", a déclaré Paul N'sapu.

Revenant sur la Loi organique sur la centrale électorale, promulguée le 3 juillet dernier par le président de la République, il a indiqué que ce qu'il faut éviter, c'est le boycott et la politique de la chaise vide qui ne permettra pas d'avancer.

Il a saisi cette occasion pour réaffirmer sa détermination à briguer  la présidence de la CENI. Il a aussi insisté sur la nécessité d'organiser les bonnes élections de la base au sommet et d'installer une véritable culture démocratique en RDC.

Paul N'sapu pense que s'il y a du civisme au sein de la centrale électorale, de la division du travail, du bon sens pour le bien du peuple, et si les futurs animateurs de cette institution coupent réellement le cordon ombilical avec leurs mandants, le pays pourra avoir en 2023, des élections qui seront réellement une fête pour toute la population.

Paul N'sapu a été précédé à l'estrade par le révérend Milenge de la Haute académie de la société civile et par Danny Singoma, cordonnateur du Cadre de concertation de la société civile.

S'exprimant sur la nouvelle loi sur la CENI, ce dernier a affirmé que les attentes de la société civile sont rencontrées à moins de 50 %. Il a salué, entre autres, le fait de couper les liens entre les animateurs de la CENI et les organisations qui les ont mandatés et l'instauration de la sanction collective et individuelle par le conseil d'Etat.

Précisons que c'est la semaine prochaine que les confessions religieuses vont déposer la liste de leurs candidats à l'Assemblée nationale pour enterinement.

Orly-Darel Ngiambukulu