Équateur : Le président de l’assemblée provinciale accusé de rébellion contre la décision de Daniel Aselo lui interdisant d'engager cette institution 

7sur7

Le rapporteur de l'Assemblée provinciale de l'Équateur, Peter Lopose, a, dans une correspondance rendue publique ce lundi 20 septembre 2021 dont une copie est parvenue à la rédaction de 7SUR7.CD, déclaré que les actes posés par le président de cet organe délibérant, Claude Buka Lompulo, après être interdit d'engager momentanément la première institution provinciale par le vice-premier ministre de l'intérieur, Daniel Aselo, constituent « une rébellion ».

C'est dans ce sens qu'il a décliné l'invitation que le président de l'Assemblée provinciale de l'Équateur lui a adressée il y a peu pour une séance de travail. 

Le député provincial peter Lopose Motingea indique dans cette lettre qu'il ne saura pas agir en « corréité » avec le président de l'Assemblée provinciale de l'Équateur dans ce qu'il qualifie de « rébellion à répétition prévue et punie par les articles 21 et 23 du code pénal congolais livre 1 ».

Il a également souligné le fait que la Cour d'appel de l'Équateur qui fait office de la Cour administrative d'appel section du contentieux, confirme « l'irrégularité des actes » que le président de l'Assemblée provinciale Claude Buka Lompulo pose à la tête de cette première institution provinciale.

Pour rappel, le vice-premier ministre de l'intérieur, Daniel Aselo, a dans un message officiel interdit le président de l'Assemblée provinciale de l'Équateur, Claude Buka, d'engager la première institution provinciale au motif qu'il a décidé de quitter Kinshasa pour regagner la ville de Mbandaka sans son autorisation après la réhabilitation du gouverneur Bobo Boloko Bolumbu. 

César Augustin Mokano Zawa,  à Gemena