Mongala : L'Union sacrée condamne "l'instrumentalisation" des jeunes pour boycotter la réhabilitation de la gouverneure intérimaire

7sur7

Dans une déclaration rendue publique le dimanche 19 septembre 2021, les membres des partis politiques de l'Union sacrée de la Nation dans la province de la Mongala ont condamné avec « véhémence l'instrumentalisation » des jeunes de cette partie de la République démocratique du Congo pour les appeler au boycott de la décision judiciaire du Conseil d'État qui a réhabilité la gouverneure intérimaire Marie-Clémentine Sole Ekungola. 

Les membres de l'union sacrée dans la province de la Mongala fustigent l'attitude de certains acteurs politiques de la région qui ont mis en cause le 18 septembre dernier cette ordonnance du Conseil d'État réhabilitant Marie-Clémentine Sole Ekungola dans ses fonctions de gouverneure intérimaire.

« Eu égard à tout ce qui précède, nous, membres de l'Union sacrée de la Nation, coordination provinciale de la Mongala, soutenons ce qui suit : (...) l'exécution sans faille de l'ordonnance du Conseil d'État réhabilitant madame Marie-Clémentine Sole Ekungola en qualité de gouverneur a.i de la province de la Mongala ; la tenue des élections du gouverneur et vice-gouverneur dans la province de la Mongala dans un bref délai », lit-on dans cette déclaration. 

Il sied de rappeler qu'après la déchéance du gouverneur Crispin Ngbundu Malengo en décembre 2020 la province de la Mongala s'est enfoncée dans une crise sans précédent due au fait que Marie-Clémentine Sole Ekungola et le vice-gouverneur Serge Mongulu ne cessent de se disputer pour le fauteuil du chef de l'exécutif provincial.

Le ministère de l'intérieur de la République démocratique du Congo prévoit l'organisation dans un bref délai des élections du gouverneur et vice-gouverneur dans la province de la Mongala. 

César Augustin Mokano Zawa, à Gemena