Lac Édouard : 15 pêcheurs Congolais libérés par la marine ougandaise

Photo 7SUR7.CD

Quinze pêcheurs congolais qui étaient détenus à la prison ougandaise en district de Katwe ont recouvré leur liberté le jeudi 23 septembre 2021. La plupart sont de la pêcherie de Nyakakoma, en territoire de Rutshuru, et de Kasindi-port, en territoire de Beni, au Nord-Kivu.

L'information est relayée par le député national Steve Ndambire, membre de la Commission Environnement à l'Assemblée nationale.

L'élu national parle d'une première vague de libérations pour une action qui entre dans le cadre de la réglementation et assainissement du lac Édouard par les gouvernements congolais et ougandais sur financement du projet LEAF 2 (Lakes Edward and Albert fichies) qui a organisé plusieurs rencontres régionales dans ce sens.

« J'annonce la bonne nouvelle à la population que parmi les pêcheurs détenus en Ouganda, il y a la libération de 15 pêcheurs. Nous avons pris un système de les libérer progressivement jusqu'à la dernière personne et tous leurs engins », a-t-il promis à la presse.

Il sied de rappeler qu'en plus de 36 pêcheurs et 207 moteurs hors-bord libérés il y a quelques jours, une soixante d'autres moteurs sont restés introuvables dans des dépôts ougandais.

Le lundi 9 août dernier, la RDC et l'Ouganda ont tenu une réunion de démarrage de la deuxième phase des patrouilles conjointes sur le lac Édouard. Les représentants de 2 États ont tablé sur la planification du calendrier avec des décisions spécifiques pour guider les équipes de patrouille qui seront engagées sur le terrain.

La RDC et l'Ouganda se sont alors accordés de réduire les atrocités qui visent leurs pêcheurs respectifs sur le lac Édouard.

D'ailleurs, ce jour-là, les 2  pays ont libéré des pêcheurs de part et d'autres et ont promis de maintenir leur mécanisme de collaboration transfrontalière à travers la mise en application de l'accord bilatéral sur la pêche.

Ces dernières années, les pêcheurs congolais sont restés victimes de récurrentes arrestations par la force marine ougandaise. Accusés de violer les limites liquides entre les 2 pays, ceux-ci sont conduits manu militari en Ouganda et leurs outils de pêche confisqués.

Isaac Kisatiro, à Butembo