RDC : L'ambassadeur Belge plaide pour la ratification par le Parlement de 2 projets de conventions

Photos droits tiers

Reçu en audience ce jeudi 7 octobre 2021 par la ministre d'État en charge de la justice, l’ambassadeur de Belgique en poste à Kinshasa, John Indekeu, a plaidé pour l'accélération du processus de ratification par le Parlement de deux projets de conventions en matière judiciaire entre son pays et la RDC dans le cadre des relations diplomatiques. 

Le premier projet de loi concerne l’autorisation de ratification de la convention d’entraide judiciaire et le second projet de loi porte sur l’autorisation de ratification de la convention sur le transfèrement des personnes condamnées.

À en croire le diplomate belge, ces deux textes permettront de formaliser un cadre de coopération judiciaire entre les deux Nations. 

« Il y a beaucoup de contacts entre les différentes instances belges et congolaises. Mais il faut un cadre et nous espérons qu’avec l’approbation des projets de lois par rapport à la ratification du traité bilatéral en matière d’entraide judiciaire que nous pourrions fournir ce cadre. Nous nous félicitons de l'approbation de ces projets des lois. Nous espérons qu’ils soient vite transférés au Parlement pour être ratifiés et qu’ils puissent entrer en vigueur », a-t-il déclaré. 

J. Indekeu a affirmé que ces échanges avec la ministre R. Mutombo ont permis de faire le point de progrès déjà enregistrés ces derniers temps dans la coopération judiciaire entre la RDC et la Belgique. 

Ce même jeudi, la garde des sceaux a aussi accordé son hospitalité à la coordonnatrice de l’Agence pour la Prévention et la Lutte contre la traite des Personnes (APLTP), Cécile Rébecca Meta Kasanda. Il était question d'envisager les voies et moyens pour accentuer le combat contre notamment la traite des personnes et l'exploitation sexuelle des enfants. 

« La traite des personnes est très présente en Rdc. Au moment où j’ai été nommée pour coordonner l’agence, je pensais que ça n’existait pas. Mais en contact avec la population, la traite des personnes existe même dans nos propres maisons avec nos domestiques qui n’ont pas un contrat de travail. Donc, pas un contrat de travail, ils n’ont pas d’heure fixe de travail, ils n’ont pas un travail bien défini mais ils travaillent comme des animaux dans nos maisons. A part cela, il y a l’histoire de l’exploitation sexuelle de nos enfants. Parfois ce sont des parents qui envoient les enfants faire la prostitution pour recevoir des miettes. Ces enfants sont exposés à des maladies, à des malformations. Il y a aussi le travail forcé qui se pratique dans les mines et dans les groupes armés. Il y a également la mendicité...», a fait savoir la coordonnatrice de l'APLTP. 

Présentés par la ministre R. Mutombo, les deux projets de conventions cités ci-haut, en matière judiciaire entre la Belgique et la RDC dans le cadre des relations diplomatiques signés en 2009, ont été adoptés par le gouvernement lors du conseil des ministres tenu le vendredi 1er octobre dernier. 

Merveil Molo