Coopération : Nicolas Kazadi salue la "bonne collaboration" entre la RDC et l'UE dans le cadre de l'instrument NDICI 

7SUR7.CD

Le ministre des Finances de la République Démocratique du Congo, Nicolas Kazadi, salue la collaboration et le partenariat qui existe depuis plusieurs années entre la RDC et l'Union Européenne "UE".

Il l'a fait savoir le jeudi 21 octobre 2021 à Kinshasa, dans son discours prononcé à l'occasion de l'atelier d'échanges sur les futures interventions de l'Union Européenne en RDC dans le cadre d'instruments de voisinage, de coopération au développement et de coopération internationale "NDICI".

"Permettez-moi ici, au nom du gouvernement de la RDC et en mon nom propre, en ma qualité d'ordonnateur national du FED, de remercier l'Union Européenne pour le partenariat et la bonne collaboration entretenue durant toutes ces années avec la RDC", a-t-il dit.

Ce membre du gouvernement Sama Lukonde souligne que cette collaboration s'articule autour de 3 principaux axes à savoir, la coopération au développement, la coopération économique et commerciale ainsi que le dialogue politique.

"Le nouvel accord de coopération qui peu à peu remplacera l’accord de Cotonou, induit de nouveaux paradigmes dont le transfert de la maitrise d’ouvrage des programmes convenus avec l’Etat bénéficiaire à la Commission européenne. Cette évolution ne doit pas nous empêcher d’organiser l’appropriation de nos institutions quant aux appuis qui leur sont réservés et à un niveau faitier de permettre à l’exécutif d’organiser un suivi circonstancié en termes d’impact et comptable des actions déployées sur le territoire national", a dit Nicolas Kazadi. 

À l'en croire, l’objectif de ce séminaire de travail est de :

- Procéder à une brève revue de l’ensemble du portefeuille des projets FED ;

- Mener des échanges sur le Programme Indicatif Multiannuel (PIM) de la RDC pour la période 2021-2027 dans le cadre de l’instrument NDICI, et la cohérence de ses interventions avec le programme du Gouvernement de la RDC. 

Dans ce contexte, le ministre des Finances a indiqué qu'il conviendra de définir, dans cette nouvelle architecture de la coopération avec l’Union européenne, un cadre d’intervention de toutes les parties prenantes, aussi bien les ministères sectoriels, bénéficiaire des financements que le ministère des finances, en tant qu’ordonnateur des ressources extérieures de l’Etat. 

"Je salue donc cette première étape qui consistera en une mise en commun de nos réflexions et informations sur les initiatives à venir. J’ai foi que les discussions qui s’en suivront plus tard dans la matinée entre nos experts seront de haute portée et contribueront s’il était nécessaire à étayer les propositions à venir", renchérit-il. 

En outre, Nicolas Kazadi a insisté sur la nécessité de poursuivre le renforcement des capacités en matière des réformes. 

"Néanmoins, il me parait, également indispensable de souligner la nécessité de poursuivre le renforcement des capacités en matière de réformes et autres afin que notre pays atteigne un niveau de gouvernance et un niveau de production nationale à la hauteur de ses ambitions", conclut-il.

Depuis plusieurs années, ce partenariat s'inscrit dans le cadre de l'accord de partenariat de Cotonou conclu entre les États d'Afrique, Caraïbes, Pacifique (ACP) et l'Union Européenne. 

L'accord a été signé à Lomé au Togo en 1975 puis renouvellé le 23 juin 2000 à Cotonou (capitale du Bénin) pour 20 ans, entre 79 pays ACP et les 28 pays de l'Union Européenne dans l'objectif d'éradiquer la pauvreté.

C'est depuis février 2020 que cet accord est arrivé à son terme mais il a été prolongé jusqu'à fin novembre 2021. Ceci, pour permettre à l'UE de poursuivre avec ses interventions jusqu'à ce qu'un nouvel accord va être signé.

Jephte Kitsita