RDC - Belgique : Sama Lukonde et des parlementaires belges évoquent la relance du partenariat entre les 2 pays 

Photos droits tiers

La République démocratique du Congo et le Royaume de Belgique s'activent pour relancer leur partenariat. C'est ce cadre qu'une délégation des parlementaires belges, conduite par le ministre d'État de la Belgique, André Flahaut, séjourne dans la ville de Kinshasa. 

Ce lundi 1er novembre 2021, elle a été reçue par le premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, avec qui plusieurs questions relatives, entre autres, à la relance dudit partenariat, au processus électoral, à l'enseignement, à la santé et à l'économie, ont été évoquées. 

"L'échange avec le premier ministre était très important et très intéressant aussi. Il s'est déroulé dans un très bon climat. Nous avons effectivement rappelé la philosophie et l'objectif de notre visite parlementaire ici en République démocratique du Congo. C'est une première depuis longtemps. Je crois que la symbolique est importante. On a aussi parlé de la symbolique entre nos deux États, notre histoire commune à laquelle il faut réfléchir de manière équilibrée", a déclaré à la presse André Flahaut qui conduit cette délégation des parlementaires belges.

Par ailleurs, le président honoraire du Parlement fédéral de Belgique a également épinglé les différents domaines qui vont faire l'objet de cette reprise de contact rompu sous le régime précédent.

"On a parlé des défis qui sont aussi importants, qui sont définis aussi par le chef de l'État. Il y a l'enseignement, la santé, la formation, les initiatives qui peuvent être prises en termes de partenariat, notamment en ce qui concerne les petites et moyennes entreprises dans des domaines nouveaux", a-t-il laissé entendre.

À cette occasion, André Flahaut a annoncé qu'un séminaire sera organisé avec le Parlement congolais, le vendredi prochain, au Palais du peuple à Kinshasa.

"Il y a un séminaire qui se tiendra au palais du peuple vendredi. Le premier ministre y participera peut-être. Il y a marqué son intérêt. On a aussi parlé de la CENI (Commission électorale nationale indépendante). On a parlé du processus électoral. On a parlé de futures visites de courtoisie et d'autres qui devront se faire. Mais simplement, il faut retenir que c'est une première en ce qui me concerne, mais c'est aussi un signal fort avec une symbolique forte pour amplifier, pour donner un peu plus de tonus à la reprise du partenariat et du contact entre nos deux pays", a-t-il conclu.

Prince Mayiro