Affaire Bukanga Lonzo : "Je suis devenu prisonnier politique dans mon propre pays", (Matata Ponyo)

7SUR7

Dans une conférence de presse tenue ce lundi 29 novembre 2021 à Kinshasa, l'ancien premier ministre, Augustin Matata Ponyo, s'est exprimé sur l'affaire judiciaire qui l'oppose depuis quelques mois tantôt au procureur général près la cour de cassation, tantôt au procureur général près la Cour Constitutionnelle.

À en croire Matata Ponyo, le procureur près la cour constitutionnelle aurait déjà transféré le dossier concernant le parc agroindustriel de Bukanga Lonzo au parquet général près la cour de cassation alors que cette dernière n'a pas qualité de le juger.

"Selon certaines informations qui nous parviennent, le procureur général près la cour constitutionnelle aurait transmis le dossier Bukanga Lonzo au parquet général près la cour de cassation pour une instruction nouvelle, contredisant ainsi son propre réquisitoire du 15 mai 2021, confirmant ainsi la thèse d'un acharnement politique", a annoncé Matata Ponyo.

L'ancien premier ministre s'interroge ainsi sur la légalité d'une telle procédure alors qu'il y a quelques mois, le procureur Jean-Paul Mukolo avait reconnu l'incompétence de la cour de cassation pour traiter ce dossier.

"Après s'être dessaisie du dossier au profit de la cour constitutionnelle, comment la cour de cassation va-t-elle encore traiter un dossier dans lequel elle s'était déjà déclarée incompétente ? C'est le même procureur Jean-Paul Mukolo qui avait reconnu dans son réquisitoire du 15 mai 2021 adressé au Sénat que la Cour de Cassation était incompétente pour traiter les dossiers judiciaires des anciens premiers ministres. Si le parquet général près la cour de cassation s'était déclarée incompétente il y a 5 mois pour traiter le dossier judiciaire d'un premier ministre honoraire, comment le sera-t-elle aujourd'hui alors que la constitution et les lois du pays n'ont pas changé ?", s'est-il interrogé.

Pour Matata Ponyo, toutes ces manoeuvres prouvent qu'il a déjà été fait prisonnier politique, car ne pouvant même pas voyager.

"Ceux qui au même titre que moi sont concernés par les dossiers Bukanga Lonzo et les biens zaïrianisés, voyagent à leur aise à l'intérieur tout comme à l'extérieur du pays. J'en ai les preuves. C'est pour vous dire que je suis devenu prisonnier politique dans mon propre pays. De la même manière mes immunités ont été levées de manière irrégulière en complicité avec le bureau du Sénat, elles ne me sont jamais retournées, violant ainsi le règlement intérieur du Sénat. Tout ceci pour justifier une procédure illégale telle que reconnue par la cour constitutionnelle", a conclu l'ancien chef du gouvernement.

Pour rappel, dans son arrêt rendu le 15 août dernier, la cour constitutionnelle s'était déclarée incompétente dans l'affaire mettant en cause l'ancien premier ministre Matata Ponyo et ses co-accusés Patrice Kitebi et le patron de la société Africom Christo Grobler, concernant la débâcle du parc agroindustriel de Bukanga Lonzo.

Bienfait Luganywa