Lubumbashi : La marche de l'AFBC de Néné Nkulu pour exiger la libération de Ngoy Mulunda étouffée par la Police

Dispersion de la marche pour exiger la libération de Ngoy Mulunda à Lubumbashi

La marche pour réclamer la libération du pasteur Ngoy Mulunda organisée ce mardi 18 janvier 2022 dans la ville de Lubumbashi au Haut-Katanga, a été étouffée par les éléments de la Police Nationale Congolaise

Les manifestants, composés notamment des militants de l'Alliance des Forces pour le Bien-être des Congolais (AFBC) de Néné Nkulu qui a organisé cette marche qui n'a pas été autorisée par les autorités de la ville, ont forcé la barrière érigée sur l'avenue Kasa-Vubu non loin de l'église Parole Éternelle au centre-ville de Lubumbashi. 

Malgré cette tentative de passage en force, les manifestants avec à leur tête, les députés Pablo Ngwej, Augustin Kahozi, Félix Kabange Numbi et Matthieu Kasunka wa Banza, ont été dispersés par la Police qui a fait usage des gaz lacrymogènes.

Le député national Matthieu Kasunka a, dans cette débandade, été agressé par les policiers. Au micro de 7SUR7.CD, cet élu du peuple affirme qu'ils vont marcher jusqu'à déposer le mémo de la libération de Ngoy Mulunda au gouvernorat.

« Si c'est pour nous tuer tous, ça ne sera pas la fin du monde. Nous tous, nous irons remplir la prison de Kasapa. Ils m'ont mis, je ne sais pas quel produit dans la bouche, un policier m'a aspergé un produit. Si c'est pour mourir, nous allons mourir pour la démocratie. Si c'était dans d'autres provinces, on allait laisser les gens manifester, mais ici au Katanga, je ne sais pas comment on peut interdire. Nous, nous allons arriver avec notre mémo au gouvernorat », a-t-il insisté.

Il sied de rappeler que la place Georges Arthur Forest est restée vide, après le jet des gaz lacrymogènes par la police. Contacté par 7SUR7.CD, le député provincial Pablo Picasso indique qu'une déclaration sera faite dans quelques heures.

Patient Lukusa, à Lubumbashi