RDC : Le Fonds Humanitaire alloue 30 millions $ pour les besoins « vitaux » des déplacés de guerre dans l'Est

Photo tiers

La partie Est de la République démocratique du Congo déchirée suite à l'activisme des groupes armés locaux et étrangers est aussi plongée dans une crise humanitaire sans précédent, l'une des plus grandes crises au Monde.

Pour ce faire, l'Organisation des Nations-Unies tente d'y remédier. Un montant de 30 millions de dollars américains vient d'être alloué par le Fonds Humanitaire de l'ONU pour les besoins « vitaux » des millions de personnes victimes des violences armées dans l'Est du Congo-Kinshasa, renseigne un communiqué de presse de l'ONU parvenu à 7SUR7.CD ce samedi 23 avril.

« Le Coordonnateur humanitaire en République Démocratique du Congo, Bruno Lemarquis, a alloué 30 millions de dollars américains du Fonds Humanitaire RDC pour financer des besoins vitaux de millions de personnes affectées par la crise humanitaire qui sévit dans les provinces de l’Est du pays. Cette allocation permettra aux organisations humanitaires de maintenir et renforcer leurs opérations d'assistance envers les populations les plus vulnérables à un moment où les besoins demeurent accrus dans un contexte sécuritaire précaire », lit-on dans cette note.

D'après les Nations-Unies, la RDC subit actuellement la plus grande crise humanitaire en Afrique, avec un total 5,5 millions de personnes déplacées internes, la moitié sont les femmes et enfants. Cette allocation est de bon augure pour soulager ces populations, d'après le coordonnateur humanitaire en RDC.

« Tout en continuant à fournir de l’aide d’urgence, nous devons parallèlement apporter des solutions aux défis structurels sous-jacents », a déclaré Bruno Lemarquis cité dans ce communiqué de presse.

Il convient de noter que les besoins humanitaires en République démocratique du Congo sont estimés à 1,8 milliard de dollars américains. Ils ciblent un total de 8,8 millions de personnes. Les provinces du Nord-Kivu, Sud-Kivu, Ituri et Tanganyika sont les plus touchées par cette crise humanitaire suite à l'activisme des groupes armés et les déplacements causés par des conflits intercommunautaires.

Glody Murhabazi, à Goma