Nord-Kivu : Des jeunes de Rutshuru saisissent Sama Lukonde sur la mégestion de l'aide humanitaire aux déplacés de guerre du M23

Photo tiers

Le conseil territorial de la jeunesse de Rutshuru (Nord-Kivu) a écrit au Premier ministre pour dénoncer la mégestion de l'aide humanitaire destinée aux déplacés qui ont fui leur contrée à la suite des offensives que les rebelles du M23 ont relancé dans ce territoire en fin mars dernier.

Dans sa correspondance du 10 mai parvenue à 7SUR7.CD le samedi 14 mai 2022, la structure juvénile témoigne que plus de 49.000 civils, environ 10.000 ménages, sont de ces jours abandonnés dans des conditions précaires dans divers sites de cantonnement.

Dans son document, la jeunesse reconnaît que les autorités congolaises ont déjà fait une part pour secourir ces vulnérables mais elle dénonce des magouilles qui ont entouré la distribution de l'aide gouvernementale.

« Vous aviez promis une assistance humanitaire lors de votre dernier séjour à Goma. Vous avez matérialisé cette promesse. Malheureusement, le jour de la distribution en date du 29 avril, un constat amer a été observé lors de la distribution. C'est avec les larmes aux yeux que nous avons vu la quantité que chaque ménage recevait. Nous avons été étonnés de voir que notre gouvernement vient assister ses déplacés avec des miettes des dons », regrette le Conseil territorial de la jeunesse de Rutshuru.

Compte tenu des doutes, la jeunesse de Rutshuru recommande au chef du gouvernement de diligenter une enquête pour découvrir les conditions dans lesquelles l'aide a été distribuée. Bien plus, elle demande à Kinshasa de penser à une autre assistance en faveur de ces milliers de déplacés sans moyens.

Pour rappel, le 28 mars 2022, les rebelles du M23 ont engagé de nouveaux combats dans plusieurs localités du territoire de Rutshuru. Pour se mettre à l'abri, des populations ont trouvé refuge en Ouganda ou encore dans des localités environnantes. Jusqu'à ces jours, certains n'ont toujours pas regagné leurs villages craignant de nouveaux affrontements. 

Isaac Kisatiro, à Butembo