Lubumbashi : Plus d'une tonne d'ivoire saisie par la Justice

Photo : Droit tiers

Plus de 1.500 kilos d'Ivoire soit une tonne et demie, ont été saisis depuis près d'une semaine par les services judiciaires du parquet de Lubumbashi dans le Haut-Katanga.

D'après Maître Sabin Mande, membre du Réseau des ressources naturelles et enseignant à l'Université de Lubumbashi qui livre la nouvelle à 7SUR7.CD ce jeudi 19 mai 2022, ces ivoires qui ont l'équivalence de plus de 80 éléphants ont été saisis entre les mains des gens qui n'étaient pas les vrais détenteurs.

« Les services judiciaires ont mis la main sur une très bonne quantité d'Ivoire et qui se trouve aujourd'hui d'ailleurs dans les mains de la justice. celui qui a amené les ivoires a pris fuite. Ça c'est une évidence mais les détenteurs, ceux qu'on a trouvé sur le lieu ont présenté une très bonne quantité d'Ivoire, plus de 1.500 kilos. Vu les caractéristiques des ivoires, c'est pour des éléphants mûrs (...) En moyenne en terme d'abattage d'éléphant, c'est pratiquement 80 à 100 éléphants », a-t-il déclaré à 7SUR7.CD.

Cet expert en environnement regrette par contre que le lieu de provenance de ces matières n'est pas connu surtout que les vrais détenteurs sont en cavale. Sabin Mande qualifie cet acte d'une criminalité environnementale.

« Le problème est que si on pouvait situer la zone de provenance mais en même temps situer le rythme de braconnage, je crois qu'on pouvait facilement canaliser non seulement le respect de la conservation de la nature, mais aussi voir quelle est la zone la plus fragile en terme de criminalité environnementale. On n'a pas ces informations jusque-là parce que les vrais intermédiaires ou les vrais braconniers, on ne les trouve pas dans le circuit. On a retrouvé seulement le détenteur de trophée qui cherchait à vendre et qui cherchait le preneur. Ceux-là qui ont emmené ces ivoires dans la ville de Lubumbashi, on ne les a pas retrouvés. Vous savez, la criminalité environnementale a plusieurs acteurs », a-t-il déploré.

L'alerte sur la saisine de ces ivoires a été faite le lundi 16 mai dernier par l'organisation non gouvernementale Conserve Congo. Selon elle, 2.000 ivoires soit l'équivalent de 150 éléphants ont été retrouvés dans les mains de trois personnes qui sont aux arrêts. C'est une saisie jamais réalisée sur le continent africain, souligne l'organisation.

Patient Lukusa, à Lubumbashi